Fermer la publicité

Volx, l'entreprise beaujolaise qui vise le sommet de l'Olympe

le - - Economie

Volx, l'entreprise beaujolaise qui vise le sommet de l'Olympe

La société est, depuis deux ans, un des fournisseurs exclusifs de la Fédération internationale d'escalade et sera présente, du 3 au 6 août, à Tokyo, pour les Jeux olympiques.

Dire que Denis Garnier est un hyperactif n'a presque rien d'usurpé. Entrepreneur à succès, gérant d'un domaine viticole et d'un gîte, l'homme n'est pas du genre à se poser. Mais il y a fort à parier que le 3 août, il sera, pendant un petit moment au moins, devant son écran de télévision pour jeter un œil aux toutes premières épreuves d'escalade de l'histoire olympique.

Il faut dire que le patron du groupe Volx, qui rayonne sur plusieurs secteurs d'activités*, est un homme qui compte dans ce sport. Preuve en est, depuis 2019, sa filiale, Volx climbing, est le fournisseur officiel de la Fédération internationale. "Et ce sont nos prises qui seront utilisées pour les épreuves de vitesse à Tokyo", indique Denier Garnier. Une vraie reconnaissance pour une entreprise qui ne cesse de... grimper.

L'innovation pour credo

Pourtant, en 2006, le Beaujolais était certainement loin d'imaginer en arriver là. "À cette époque, j'étais encore salarié. Mais j'avais pour projet de reprendre une société." Ses critères, trouver une entreprise proche d'une grande ville, multisecteur et avec des activités non délocalisables.

"Je suis tombé sur Volx, qui œuvrait dans la téléphonie... et la fabrication de prises d'escalade." Une branche complètement inconnue pour Denis Garnier. "Je me suis posé la question de conserver cette activité. D'autant plus qu'elle était assez moribonde et ne générait que 180 000 € de CA." Mais, homme de défis, il s'est finalement retroussé les manches.

Rapidement, la filiale Volx climbing a redémarré. Jusqu'à prendre une nouvelle ampleur en 2011. "À cette époque, tous les fabricants de prises partaient dans les pays de l'Est. Alors, pour rester en France et me démarquer, j'ai voulu innover." Pour ça, il a une idée : proposer des prises lumineuses pilotées par ordinateur qui réagissent aux actions des grimpeurs. "Ayant toujours été intéressé par la liaison homme-machine, le projet me semblait bon." Un concept novateur mis au point dès 2012 par un start up qu'il crée, Luxov, autre filiale du groupe Volx.

Quatre produits Volx-Luxov aux JO

Depuis, le dernier né du groupe n'a pas chômé et a notamment mis au point la prise "touch", qui détecte le grimpeur au millième de second et offre une meilleure analyse des performances. "Elles seront utilisées aux Jeux olympiques, précise Denis Garnier. Installées à trois endroits, elles permettront d'avoir des temps intermédiaires."

Mais ça ne sera pas le seul produit issu du Beaujolais puisque toutes les prises de vitesse présentes dans la cité tokyoïte du 3 au 6 août seront "made in" Chessy, là où la filiale Volx climbing s'est installée en 2019. "Depuis deux ans, elles sont les seules à être homologuées par la Fédération internationale pour les records du monde."

Une vraie reconnaissance pour le groupe Volx qui ne s'est pas contenté de ça. "A Tokyo, les organisateurs utiliseront également un logiciel de reconstitution de la trajectoire des grimpeurs de vitesse. Ça permettra de rendre la discipline un peu plus intelligible pour les non-initiés. Et les athlètes s'en serviront aussi pour améliorer leur performance."

Prochaine étape, Paris 2024 ?

Dernier des quatre produits Volx-Luxov choisis pour les JO, un logiciel de réalité virtuelle, déjà testé lors des Jeux de la jeunesse à Buenos Aires et qui "offre la possibilité aux ouvreurs et organisateurs de créer et de modéliser l'environnement extérieur, les infrastructures et le schéma d'ouvertures des voies avant les compétitions, précise Denis Garnier. Là aussi, cet outil aura un intérêt pédagogique puisqu'il permet aux médias de présenter une vue réaliste de la voie et de préparer en amont des explications visuellement simples et didactiques au public".

Avec ses quatre produits, le groupe Volx sera donc un des acteurs majeurs de la grand-messe olympique côté escalade. "Pour nous, c'est un événement d'envergure mondiale qui nous offre une visibilité inédite, admet Denis Garnier qui devait être présent à Tokyo, mais a finalement revu ses plans. À terme, on espère bien que ça nous servira pour commercialiser nos nouveaux outils (NDLR : le logiciel 3D et le suivi de trajectoire)."

En attendant, le groupe continue d'innover et présentera, dès septembre, lors des championnats du monde, une nouvelle version de ses prises "touch". "À chaque fois, pour nous, l'objectif reste de trouver, grâce à la technologie, une amélioration des usages." Une envie de grimper toujours plus haut qui pourrait se poursuivre jusqu'aux... JO 2024 à Paris ? "On verra", répond Denis Garnier dans un sourire...

Tony Fonteneau

*La principale activité du groupe Volx reste liée à la téléphonie. L'entreprise œuvre dans l'intégration paysagère d'antenne relais. Et propose, depuis 2011, des systèmes en kit pour permettre l'installation de ces antennes.




Tony FONTENEAU
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer