AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeVols et falsifications de chèques : "Sans-abri, j'ai eu cette idée de merde"

Vols et falsifications de chèques : "Sans-abri, j'ai eu cette idée de merde"

Un jeune homme de 18 ans a volé et falsifié des chèques à deux reprises en 2018, pour un montant total de 11 000 euros.
Vols et falsifications de chèques :

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

A l'époque, Dylan C. était sans-abri et n'avait pas d'argent, ni même d'aide. Jusqu'au jour où il a volé quatre chèques trouvés dans la boîte aux lettres d'un cabinet d'avocats à Lyon et dérobé un total de 3000 euros, qu'il déposa sur son compte en laissant le nom du bénéficiaire. Puis quelque temps après, le jeune majeur dit avoir trouvé sept chèques "dans un local abandonné et déjà ouvert" à Tarare. Ils étaient destinés à un certain M. Migeon pour un montant de 8000 euros. Encore une fois, il a déposé les chèques sur son compte. Cette fois l'argent est partagé avec d'autres personnes à la rue. Lui se paie un hôtel pour pouvoir rebondir avant d'être embauché comme extra dans une pizzeria, alors tout juste majeur.

La faim ne justifie pas toujours les moyens. Certes, mais pour sa défense, le jeune Dylan a connu la violence au sein de sa famille, a enchaîné les foyers et a été renvoyé de l'un d'eux. Le jour de ses 18 ans, il s'est donc retrouvé à la rue. Il a alors erré dans Lyon pendant quelque temps. Aujourd'hui à l'abri, il a expliqué se rendre compte de la gravité de ses actes : "J'étais sans-abri et j'ai eu cette idée de merde… Je regrette".

Mardi 16 avril, il comparaissait devant le tribunal de Villefranche. Employé en tant que commis de salle à l'institut Bocuse et louant un appartement à Tarare, il a expliqué espérer un CDI et souhaite devenir chef de rang. La procureure a salué "la vitesse à laquelle il s'est repris et les efforts qu'il a fait pour devenir honnête et réparer les infractions commises". Mais pour celle-ci, le montant du vol est disproportionné par rapport aux besoins de Dylan.

Il a été condamné à deux mois d'emprisonnement avec sursis, un simple avertissement pour le juge. Il devra aussi rembourser l'argent volé. Il a déjà rendu 500 euros à ce jour.

Inès PALLOT

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?