AccueilACTUALITESViticultureViticulture : vers une valorisation de l'identité "coteau"

Viticulture : vers une valorisation de l'identité "coteau"

L'Union des vignerons du Beaujolais et les Organismes de défense et de gestion du Beaujolais ont de nouvelles ambitions pour le vignoble beaujolais pour les années à venir.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Parmi les actions qui vont être mises en place, la reconnaissance et la valorisation de l'identité "coteaux" constitue une des priorités.
"Une enquête que nous avons conduite l'an dernier auprès des consommateurs a montré que la plupart d'entre eux n'assimilent pas le Beaujolais à un vignoble de coteaux mais l'imaginent en plaine", délivre Frédéric Laveur, président de l'ODG beaujolais, beaujolais-villages. "Il faut savoir que le Beaujolais est considéré comme un des vignobles les plus pentus de France."
Selon Frédéric Laveur, toutes les appellations sont concernées, particulièrement les parties hautes des crus, surtout chiroubles et côte-de-brouilly.
Pour l'UVB et les ODG, il s'agira donc de mettre en valeur la dimension des coteaux à différents niveaux. Une commission va être chargée de définir les problématiques propres aux coteaux et d'organiser la promotion de son image. Les zones concernées vont être cartographiées. "Nous allons étudier les coûts de production en coteaux et rechercher des aides spécifiques pour maintenir la viticulture de forte pente", annonce Gilles Paris, président de l'ODG Union des crus du Beaujolais.
"L'objectif est d'orienter les vignerons vers des solutions qui leur permettraient de baisser les coûts de production", complète Frédéric Laveur.
L'autre axe de travail sera de participer aux travaux du CERVIM, Centre d'études et de recherche sur la viticulture de montagne et de forte pente (association européenne chargée de défendre les intérêts des vignobles de montagne et de forte pente), et notamment à la reconnaissance d'un label coteaux mis en avant sur l'étiquetage.
"Vingt-sept communes sont passées en zone montagne en 2012, cela devrait ouvrir des portes", souligne Frédéric Laveur.
L'Union des vignerons du Beaujolais chapeaute le projet via un comité de pilotage, tout en travaillant avec différents partenaires dont la Chambre d'agriculture.

Laurence Chopart

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?