AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeViolences au bal : que s'est-il vraiment passé à Denicé ?

Violences au bal : que s'est-il vraiment passé à Denicé ?

Dans notre édition du 31 octobre dernier, nous relations de façon succinte une bagarre survenue à Denicé en marge d'un bal organisé par les conscrits des classes en 4.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

Le bilan avait alors été établi à deux blessés légers. Une simple bagarre ? C'est moins évident que cela… D'une part car depuis un mois l'affaire alimente les conversations locales, se répand sur les réseaux sociaux et fait l'objet d'une récupération politique par le Front national sur fond de campagne électorale (voir ci-dessous). D'autre part car l'une des victimes – un jeune de 18 ans originaire de Lacenas - a en fait été très sérieusement blessée à la tête, hospitalisée durant une semaine pour un double traumatisme crânien. Retour sur les faits. Dans la nuit du 26 au 27 octobre, les gendarmes indiquent être intervenus à quatre reprises entre 22?h?20 et 2 h 10 sur les lieux du bal, où deux cents à trois cents personnes étaient réunies. Un étudiant de 18 ans sur le carreau. En cause, un groupe de jeunes gens identifiés comme originaires de Villefranche, qui perturbaient la bonne marche de la soirée en cherchant apparemment à entrer dans la salle. Armés de bâtons ou encore de barres de fer, ils se seraient finalement rués peu avant 2?h sur plusieurs participants, à l'extérieur de la salle. Trois personnes auraient été touchées et évacuées à l'hôpital. Le blessé le plus sérieux témoigne de façon anonyme : "On m'a dit qu'il y avait une bagarre, je suis sorti à la recherche d'une amie. J'ai vu un groupe d'une quarantaine de personnes armées de divers objets et j'ai rapidement été frappé avec une batte de base-ball", explique cet étudiant, qui confie "aller très rarement dans des bals". Une enquête est en cours pour tenter d'identifier les auteurs des coups. Quelques jours plus tard, une agression en lien avec cette première affaire se serait produite à Villefranche, plusieurs protagonistes des premiers incidents passant à tabac un jeune originaire de Denicé. Quant au lien entre ces violences et l'origine des victimes (la thèse du "racisme anti-blanc" érigée par le FN), elle n'est ni catégoriquement confirmée, ni spécialement réfutée par la victime principale du bal. "Je n'ai pas de souvenir personnel de ça. Mais on m'a dit que des propos de cet ordre avaient été tenus", témoigne simplement le jeune homme. Les gendarmes appellent à la responsabilité Face à cette situation, les gendarmes du Beaujolais appellent à la responsabilité de tous, tout en rappelant qu'ils ne joueront jamais le rôle de vigiles. "Il n'est pas question de mettre des gendarmes stationnés devant les bals, et en conséquence de délaisser d'autres missions", indique le capitaine Jacques, de la compagnie de Villefranche. Le militaire appelle à une concertation plus efficace entre organisateurs de bals, municipalités et gendarmerie. "C'est aux organisateurs et aux communes de s'organiser pour mettre en place un dispositif efficace avec les sociétés de surveillance, ou encore une billetterie sous forme de pré-vente. Après, il est évident que tout cela a un coût financier." Le prix d'une sécurité retrouvée?? A quelques semaines du début des fêtes de conscrits partout en Beaujolais, le problème se pose en tout cas avec urgence.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?