AccueilACTUALITESViticultureVins du Beaujolais : un équilibre à renforcer

Vins du Beaujolais : un équilibre à renforcer

À l'occasion de l'assemblée générale d'Inter Beaujolais, jeudi 21 juillet à Lacenas, l'interprofession a dévoilé les derniers chiffres de production et de vente, issus de l'Observatoire économique du vignoble.
Vins du Beaujolais : un équilibre à renforcer
David Duvernay - Daniel Bulliat et Philippe Bardet, en présence du sous-préfet de Villefranche-sur-Saône.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Les vins du Beaujolais ont le vent en poupe depuis plusieurs années. Mais dans un contexte économique et mondial plus que jamais incertain, l'équilibre demeure encore fragile.

À la production, les stocks n'ont jamais été aussi bas en Beaujolais. Au 31 mai 2022, le disponible à la propriété, de l'ordre de 285 852 hl, a baissé de 20 % par rapport à 2021, et aucune des douze appellations n'est épargnée, à commencer par les beaujolais villages (- 33 %). Alors que l'offre se réduit par rapport à la demande, l'un des enjeux majeurs pour le vignoble, à court terme, sera donc de faire le plein lors de la prochaine récolte, dans un mois environ.

Autre donnée significative, les sorties propriétés ont baissé en 2021/2022 (506 947 hl), en comparaison à la précédente période (617 115 hl), soit une baisse de 18 %. "Il faut se méfier des comparatifs car en 2021, nous avions produit 485 000 hl de vins, pour 506 000 hl de vins sortis sur onze mois. Nous avons donc vendu plus de vins que nous en avons produit. Il ne faut pas être inquiet", a souligné Philippe Bardet, vice-président d'Inter Beaujolais.

Si la vente directe progresse (+ 8,5 hl, + 13 700 hl), la vente marchés accuse une baisse de 27 % (- 124 000 hl). "Les appellations régionales sont en baisse de 29 % (- 77 500 hl), seuls les blancs progressent (+ 10 %). Les appellations communales aussi", a nuancé Anaëlle Joret, en charge de l'Observatoire économique du Beaujolais.

"L'export va porter l'extension du Beaujolais"

Les dernières ventes en grande distribution sont en perte de vitesse pour les vins du Beaujolais (- 6,5 % en volume et – 3 % en valeur par rapport au premier semestre 2021). Cependant, le vignoble n'est pas le seul touché, la confirmation d'une tendance généralisée qui frappe l'ensemble des vignobles français, notamment pour les vins rouges. "Avec seulement un sursaut en mars pendant les foires aux vins de printemps, les ventes de vins du Beaujolais sont en recul depuis huit mois, en raison notamment de la forte baisse des ventes en promotion, tandis que la fond de rayon progresse", a développé Anaëlle Joret. "On sent l'influence de la baisse du pouvoir d'achat sur les ventes en détail et en restauration", a renchérit Philippe Bardet.

À l'export, 213 000 hl de vins du Beaujolais ont été exportées sur les douze derniers mois, à mars 2022, en recul donc de – 1,5% par rapport aux douze mois précédents. Point positif, la valeur des exportations progresse fortement (+ 12,5 %), pour un total de 116 millions d'euros. Malgré tout, plus de 40 % de ces exportations transitent vers les États-Unis et au Royaume-Uni. Une dépendance qui peut paraître risquée, "au vu des mouvements et mesures géopolitiques qui influencent nos ventes. On l'a vu avec la taxe Trump. […] Il faut se projeter et s'intéresser à d'autres pays. L'export doit être dans notre collimateur car il va porter l'extension et la valorisation du Beaujolais", a conclu le vice-président de l'interprofession.

Un "bouillon" japonais pour les beaujolais nouveaux 2022 ?

En coulisses, et comme chaque année à cette période de l'année, les premières manœuvres commerciales des beaujolais nouveaux 2022 ont déjà démarré. Et à l'export, une première tendance se dégage pour la campagne à venir, notamment pour le marché japonais, l'un des principaux marchés historiques pour les primeurs mais en baisse chaque année. Selon Philippe Bardet, le vice-président d'Inter Beaujolais, celui-ci risque de nettement baisser, "de plus de 50 %", pour atteindre moins de 15 000 hl. "On va prendre le bouillon au Japon, non pas pour la qualité de nos vins mais en raison de la problématique des coûts de transport, plus importants encore, sachant que 80 % de nos vins transitent par voie aérienne vers le Japon".

Pour Philippe Bardet, cette future baisse des volumes au Japon est un effet de la guerre en Ukraine. Mais pas question de s'affoler. "Ce n'est pas parce qu'on va perdre 10 000 hl au Japon que le marché va s'effondrer. Le marché français doit rester dynamique et d'autres marchés vont prendre la place". À noter que les élus d'Inter Beaujolais ont chiffré à 475 000 € le budget promotionnel 2022/2023 pour les beaujolais nouveaux, en légère baisse de plus de 20 000 € par rapport à la précédente campagne 2021/2022.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?