AccueilACTUALITESViticultureVin et santé : la loi qui fait peur au Beaujolais

Vin et santé : la loi qui fait peur au Beaujolais

La filière viti-vinicole beaujolaise va écouter d'une oreille attentive ce jeudi 19 juin l'intervention de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Elle doit présenter son nouveau plan Santé 2014 aujourd'hui, au lieu du mardi 17 juin comme annoncé précédemment.
S'il est prématuré de tirer des conclusions avant même la moindre annonce, de nombreux indices laissent à penser que la loi pourrait aboutir à un durcissement des mesures concernant le vin. Un nouveau tour de vis vingt-trois ans après la loi Evin ?
La mobilisation de la filière constitue en tout cas un signe de la menace qui plane sur l'économie des régions viticoles. Inter Beaujolais a d'ores et déjà annoncé l'organisation d'une grande réunion débat le 27 juin à Villefranche (voir par ailleurs). Intitulée "Loi de santé publique 2014 : enjeux et perspectives pour la filière viti-vinicole", elle pourrait constituer une bonne occasion d'organiser la défense. La structure Vin & Société ne cache pas non plus ses inquiétudes quant à ce futur texte (lire interview ci-contre).

Pourra-t-on encore parler du vin ?

Si la taxation du vin semble écartée - le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a déclaré qu'il n'en était pas question – d'autres sujets inquiètent vignerons et négociants, à commencer par la possibilité d'interdire de parler du vin sur internet. Des milliers de sites, blogs, pages et mêmes simples commentaires sur les réseaux sociaux se trouveraient hors la loi.
L'interdiction de parler positivement du vin dans les médias est également régulièrement évoquée. Dans cette hypothèse, plus question par exemple d'évoquer la hausse de la qualité constatée en Beaujolais, ou encore les efforts d'une cave coopérative en matière d'innovation.
En matière de message sanitaire, le classique "à consommer avec modération" pourrait tout simplement disparaître et "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé" être remplacé par "l'alcool est dangereux pour la santé". On évoque enfin un durcissement possible des mentions sanitaires sur les étiquettes des bouteilles, avec la disparition de la notion de verre au profit de celui d'unité d'alcool.
Tout indique que l'intervention de Marisol Touraine ce jeudi ne s'abaissera pas à ce niveau de détail. Il faudra attendre la rentrée de septembre pour savoir ce que la future loi de santé publique réserve au vignoble beaujolais.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?