AccueilVILLEFRANCHEConscrits"Villefranche, ville sexiste" : le président de l'Interclasse générale réagit

"Villefranche, ville sexiste" : le président de l'Interclasse générale réagit

Guillaume Ducray, le président de l'Interclasse générale, ne comprend pas les messages de revendications féministes à l'occasion de la fête des conscrits de la 2 de Villefranche.
Guillaume Ducray, à droite sur la photo, lorsqu'il a succédé à Claude Sonnery.
©Hervé Rocle - Guillaume Ducray, à droite sur la photo, lorsqu'il a succédé à Claude Sonnery.

VILLEFRANCHEConscrits Publié le ,

"Ville sexiste", "La vague des sexistes", "Nouvelle vague caladoise". Le week-end dernier, la fête des conscrits des classes en 2 de Villefranche a été marquée par l'apposition de messages et symboles de revendications féministes, alors que le débat sur l'absence des femmes se pose régulièrement.

Guillaume Ducray, le président de l'Interclasse générale, a donc tenu à réagir ce lundi suite à ces messages féministes, notamment pour certains qu'il juge "blessants, abjects et diffamants. Dans la nuit de vendredi à samedi, notre siège notamment a été recouvert d'autocollants et d'affiches, assure-t-il. Nous pouvons notamment lire : "planquez vos filles, les conscrits arrivent". Très clairement, ça laisse libre court à de graves sous-entendus que je trouve très limites. On ne peut pas plaisanter avec ce genre de propos […] Si des personnes ne partagent pas ce qui nous animent, je peux le comprendre. Mais il faut respecter les opinions de chacun. Je trouve aussi stupide de redécorer le rond-point des conscrits et l'œuvre de Mick Micheyl."

On ne cherche pas à faire le buzz, ni à polémiquer"

Pour le président de l'interclasse générale, ces actions menées par le mouvement Nouvelle vague, et relayées notamment par Mylène Dune, ex-candidate Nupes aux élections législatives - mouvement qu'elle appelle à rejoindre sur sa compte Facebook - sont aussi liées à une méconnaissance de la fête. "Je me pose la question de savoir si les personnes qui ont agit ainsi connaissent vraiment bien la fête.Il n'y a pas une classe aujourd'hui où les femmes ne sont pas intégrées tout au long de l'année dans les manifestations proposées. 200 conscrites de la 2 ont reçu un bouquet ce week-end. Oui elles ne participent pas à la partie émergée de l'iceberg, c'est-à-dire la retraite aux flambeaux du vendredi soir et la vague dimanche. C'est une chose mais cela fait partie des règles que les 70 associations de loi de 1901 ont choisi d'appliquer. Si demain, ce collectif veut organiser une fête, je ne vais pas lui mettre des bâtons dans les roues. On pourra même l'aider".

Pour l'heure, l'interclasse générale n'a pris aucune décision des suites à donner à cette affaire. Mais elle sera forcément traitée ce mercredi soir lors du conseil d'administration de l'association. "On ne cherchera pas à faire le buzz, ni à polémiquer et à en faire un feuilleton", prévient Guillaume Ducray.

Une première lettre cet été

Selon Guillaume Ducray, l'Interclasse générale, le président de l'Interclasse en 3, Denis Chaumat, et plusieurs élus locaux, avaient reçu cet été une lettre de ce mouvement reprenant "les thèmes développés ce week-end autour des conscrits". "Je sais que Denis Chaumat avait répondu, sans savoir à qui il s'adressait. Nous étions prêts à échanger sur la fête. Mais depuis, nous n'avons eu aucun retour de leur part", déclare Guillaume Ducray, qui se dit donc à moitié surpris par ces actions. "Aujourd'hui, j'attends que ces personnes nous recontactent. Je suis prêt à échanger. Mais ce n'est pas moi qui provoquerais l'entretien en tout cas".

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?