AccueilVILLEFRANCHEA la uneVillefranche : une partie de Mongré inscrite aux Monuments historiques

Villefranche : une partie de Mongré inscrite aux Monuments historiques

Les chapelles et d'autres édifices de Notre-Dame de Mongré sont désormais inscrits au titre des Monuments historiques.
Villefranche : une partie de Mongré inscrite aux Monuments historiques

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Après quatre ans d'attente, les deux chapelles, le cloître, les façades et les couloirs de Mongré sont inscrits au titre des Monuments historiques. La demande avait été effectuée seulement pour la chapelle du Sacré-Cœur par l'association immobilière du collège de Mongré, propriétaire de l'établissement.

En janvier 2019, un arrêté préfectoral de la Direction régionale des affaires culturelles a indiqué que les deux chapelles, l'atrium, le cloître, les façades et les couloirs de Mongré ont été inscrits au titre des Monuments historiques. Mais à la différence de l'orgue, qui lui est "classé" monument historique depuis 1977, ces édifices sont seulement inscrits. La nuance ? L'inscription permet de répertorier les bâtiments et objets afin de les protéger et le classement concerne les plus importants et ceux qui sont d'intérêt public. D'autres objets d'orfèvrerie avaient déjà été inscrits auparavant.

PROTÉGER LE COEUR DU MONGRÉ HISTORIQUE

La démarche d'inscription a été engagée par l'association immobilière du collège de Mongré auprès des services compétents de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles). Puis, des représentants du service sont venus faire une visite et ont décidé d'inscrire non seulement la grande chapelle mais aussi son environnement, par décision du préfet.

La commission de la DRAC a vu un intérêt spécial pour le cœur du Mongré historique, souhaitant préserver "la qualité des bâtiments, de leur architecture et de la rareté des établissements construits par les Jésuites au XIXe siècle", selon l'arrêté préfectoral. Il s'agit de reconnaître une architecture et une histoire et de faire en sorte que le bâtiment soit protégé.

Cette protection nécessite l'autorisation de la DRAC s'il y a volonté de faire des travaux importants. En cas de "petits" travaux, Mongré est a minima tenu de l'informer.

INÈS PALLOT

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?