AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeVillefranche : un cambrioleur cambriolé durant sa garde-à-vue

Villefranche : un cambrioleur cambriolé durant sa garde-à-vue

Dans la nuit du 20 au 21 décembre, deux jeunes hommes profitent de la mise en garde à vue d'un individu pour le cambrioler. Interpellés dans l'agglomération de Villefranche-sur-Saône, le plus âgé écopera de huit mois de prison ferme.
Photo d'illustration
© DR - Photo d'illustration

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

La scène a de quoi faire rire et pourtant, elle est bien réelle. C'est l'effet de l'arroseur arrosé, plus précisément celui du cambrioleur cambriolé, qui s'est produit cette semaine dans l'agglomération de Villefranche-sur-Saône, à proximité du stade Montmartin.

Ils profitent de la mise en garde-à-vue de la victime pour la cambrioler

Deux jeunes Caladois, un mineur et un homme d'une vingtaine d'années, ont profité dans la nuit du 20 au 21 décembre de l'absence de la victime de son domicile pour rentrer par effraction chez elle et tenter de lui dérober ses biens. Ils ont escaladé la façade de l'immeuble à l'aide d'une échelle. Si elle n'était pas présente chez elle lors du vol, c'est tout simplement parce qu'elle était détenue en garde à vue pour des affaires de cambriolage également.

L'un des deux interpellés au moment des faits, H.C., comparaissait vendredi 23 décembre devant le tribunal de Villefranche-sur-Saône. Pris en flagrant délit, il avait réussi à échapper aux forces de l'ordre, prévenues par le voisinage, pendant quelques minutes avant d'être arrêté aux alentours d'une heure du matin par un équipage de la brigade anti-criminelle. Son complice, un jeune mineur, avait directement été pris sur les lieux.

En garde à vue, H.C. nie totalement ce qu'il lui est reproché, provocant à de nombreuses reprises les policiers lors de ses auditions selon la procureure de la République en charge du dossier. Devant les juges vendredi après-midi, il change de discours et avoue avoir fait partie de ce vol par effraction.

Il explique avoir une dette de 2 500 € envers l'un de ses anciens co-détenus qui une fois sorti de prison l'a obligé à rembourser. Selon ses dires, il aurait donc été contraint d'effectuer cette infraction. "On m'a dit d'aller voler une enveloppe de liquide qui était cachée dans la cuisine de chez K.T.", commente-t-il. Une somme d'argent qui proviendrait probablement des propres larcins de la victime selon l'avocat de la défense.

Cependant sur place, il ne trouve rien de cette prétendue enveloppe et se rabat donc sur trois montres, une cartouche de cigarettes entamée et deux chaines en or.

Huit mois de prison ferme

Déjà jugé pour des faits similaires (trois mentions au casier judiciaire) et en état récidive la procureure de la République demande huit mois de détention à son encontre. L'avocat du prévenu tentera tant bien que mal de le défendre, arguant qu'il a plaidé coupable mais qu'il a été contraint d'effectuer ce cambriolage.

Il précise également que la victime a déjà dix-sept vols par effraction à son actif. Après un court délibéré, il écopera des huit mois demandés par la procureure.

La victime, également jugée pour des faits similaires vendredi a vu son audience renvoyée.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?