AccueilACTUALITESVillefranche : trois bombes de la Seconde Guerre mondiale repêchées dans la Saône

Villefranche : trois bombes de la Seconde Guerre mondiale repêchées dans la Saône

Lourdes de 50 kilos chacune, elles ont été récupérées par des plongeurs lors d'une opération de déminage organisée en début de semaine.
Une des trois bombes repêchées par les plongeurs.
©Zoé Besle - Une des trois bombes repêchées par les plongeurs.

ACTUALITES Publié le ,

Sécurité civile et gendarmerie nationale étaient de sortie dans la Saône lundi 14 novembre, pour neutraliser et extraire trois bombes allemandes datant de la Seconde Guerre mondiale.

Une fois équipés, les plongeurs, au nombre de neuf – deux de la sécurité civile et sept des brigades fluviales et nautiques de Villefranche, Valence et Aix-les-Bains – sont partis chercher les bombes sous le pont de Frans, côté rive droite.

Elles avaient été repérées par des gendarmes lors d'un entrainement en mars dernier, comme le relatait Sébastien, adjudant de la brigade d'Aix-les-Bains à l'issu de l'opération : "C'est un site sur lequel nous n'avions jamais plongé ; on a l'habitude de tomber sur des obus, qui sont plus petits, mais pas sur des bombes telles que celles-là".

Lorsqu'ils se retrouvent nez-à-nez avec ce type d'objets, les gendarmes essayent d'en identifier la longueur, le diamètre et l'emplacement, afin de communiquer les informations aux démineurs de la sécurité civile. "On ne manipule jamais les engins sans leur aval", complète l'adjudant.

©Zoé Besle L'intervention a duré une vingtaine de minutes.

Des bombes allemandes désamorcées par des résistants

Après une vingtaine de minutes passées dans l'eau, sans excéder une profondeur de 5 m, les plongeurs ont remonté un à un les trois engins explosifs.

Après les avoir examinés, Loïc Le Goff, adjoint au chef du centre interdépartemental de déminage de Lyon, a révélé leur histoire. "Des bombes de ce type ont été placées sous de nombreux ponts par les Allemands lors de la débâcle, quand ils ont quitté le territoire".

Dans le centre de Lyon, 25 engins de ce type ont ainsi été trouvés. Le système d'amorçage de ces bombes - particularité germanique - se faisait de manière électrique : sous le pont de Franc, elles n'ont jamais explosé car les fils avaient été coupés par des résistants, d'où le fait que les plongeurs aient pu les manipuler sans risque près de 80 ans plus tard.

©Zoé Besle Les trois bombes seront prochainement détruite à Colmar, sur un site dédié.

Si toutefois la charge explosive qu'elles contiennent venait à exploser – en sciant l'engin par exemple – elle ferait des dégâts dans un rayon de 200 m. Acheminées à Colmar mercredi 16 novembre, les bombe seront détruite sur un site dédié vendredi matin. L'antenne de déminage de Lyon réalise environ 1000 interventions par an. "80 % de notre travail concerne ce type de missions historiques : il faudrait 500 ans pour déminer tout le territoire français", conclut Loïc Le Goff.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?