AccueilACTUALITESVillefranche : les personnels de la cité scolaire Claude Bernard mobilisés pour leurs CPE

Villefranche : les personnels de la cité scolaire Claude Bernard mobilisés pour leurs CPE

Une grève massivement suivie était organisée le jour de la rentrée scolaire : dans le viseur, la création d'un poste supplémentaire de CPE au collège et le maintien des trois existants au lycée.
Suite à leur mouvement social, les personnels de la cité scolaire Claude Bernard se sont réunis en assemblée générale : ils ont demandé un nouvelle audience avec le recteur.
©Zoé Besle - Suite à leur mouvement social, les personnels de la cité scolaire Claude Bernard se sont réunis en assemblée générale : ils ont demandé un nouvelle audience avec le recteur.

ACTUALITES Publié le ,

Ils étaient nombreux réunis devant les grilles de la cité scolaire : la grève du lundi 7 novembre était suivie à 100 % du côté du collège – enseignants, mais aussi CPE, assistants d'éducation ou documentalistes – et à 57 % à l'échelle de la cité scolaire.

Rentrée scolaire, le Département visite ses établissements

En effet, la colère gronde au sein des personnels : en quatre ans, le collège a gagné près de 200 élèves. Or, pour encadrer ces 720 jeunes, l'établissement ne dispose que d'un seul poste de conseiller principal d'éducation (CPE). "Pendant un temps, nous avons eu un demi-poste de stagiaire CPE et ils arrivaient à tourner, mais il a été supprimé à la rentrée 2022", souligne Véronique Chanel, professeure d'histoire-géographie au lycée Claude Bernard.

Déjà reçu par Cyrille Seguin, directeur académique adjoint des services de l'Éducation nationale (Dasen) du Rhône à ce sujet, la délégation de Claude Bernard s'est vue répondre que les lignes budgétaires ne permettaient pas de recruter un CPE.

Le Dasen leur a suggéré le recrutement de services civiques ou de médiateurs ; des solutions qui n'en sont pas pour le personnel de la cité scolaire, puisque ces derniers ne peuvent pas encadrer les élèves comme le ferait un CPE.

Déshabiller l'un pour rhabiller l'autre

Autre proposition du Dasen, la mutualisation des postes de CPE entre le collège et le lycée. Actuellement, ce dernier en compte trois qui encadrent 1 500 élèves. Au premier poste vacant – dans le cas d'un départ à la retraite par exemple, ce qui pourrait prochainement arriver – ce dernier serait transformé en mi-temps lycée mi-temps collège.

Bénéfique pour les collégiens donc, mais pas pour le lycée qui se retrouverait à son tour avec un encadrement insuffisant. Au collège, les deux premières missions du CPE, soit la gestion des équipes d'assistants scolaires (sept équivalents temps-plein au collège) et celle des problèmes de vie scolaires sont assurées.

Difficile, en revanche, de faire de la prévention ou de la sensibilisation sur certains sujets cruciaux comme le harcèlement faute de moyens humains. "Il y a quelques années, le collège avait par exemple participé à un concours vidéo autour du harcèlement scolaire : aujourd'hui, ce serait impossible de le refaire", note Audrey Chambon Dit Fourn, professeure de mathématiques au collège Claude Bernard.

Et rhabiller le collège en déshabillant le lycée n'est pas du goût des enseignants de la cité scolaire, qui font donc front commun en demandant la création d'un poste pérenne de CPE au collège et le maintien des trois existants au lycée. "Les problématiques de décrochage scolaire ont été amplifiées par le Covid, et il y a aussi l'orientation post bac à gérer : nous avons besoin de la hauteur de vue des CPE ", souligne Christèle Manigand, professeure de SVT au lycée.

Suite à leur mouvement social, les personnels de la cité scolaire Claude Bernard se sont réunis en assemblée générale : ils prévoient de rédiger une motion présentée aux conseils d’administration du collège et du lycée, vont demander un entretien avec le député Alexandre Portier (ancien enseignant au sein de la cité scolaire avant son élection) pour la lui présenter et demander une nouvelle audience au recteur : un courrier dans ce sens a été envoyé à la suite de l'assemblée.

"Nous ne sommes pas optimistes quant aux résultats que nous souhaitons obtenir, mais on veut marquer le coup : la cité scolaire est unie, on ne se battra pas les uns contre les autres", conclut Véronique Chanel.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?