AccueilVILLEFRANCHEVillefranche : le nouvel éclairage du stade Armand-Chouffet installé

Villefranche : le nouvel éclairage du stade Armand-Chouffet installé

Plus grand, plus puissant, plus fonctionnel et même plus économe : le stade Armand-Chouffet de Villefranche se dote d'un éclairage taillé pour les grands rendez-vous. Une nouvelle étape dans la rénovation du stade occupé par le FCVB.
Villefranche : le nouvel éclairage du stade Armand-Chouffet installé
© Simon ALVES

VILLEFRANCHE Publié le ,

"Ça fait dix ans que les joueurs n'ont pas marqué un coup-franc direct parce qu'ils ne voyaient pas bien les cages !" La boutade du président du FCVB, Philippe Terrier, n'a pas manqué de faire rire les personnes présentes, ce vendredi matin, pour un chantier d'ampleur : le levage d'un mât d'éclairage du stade Armand-Chouffet par l'agence ansoise de Sobeca.

Deux avaient déjà été installés la veille et celui-ci, ainsi que le dernier, seront dressés aux deux autres coins du terrain. Une volonté de la Ville de poursuivre son processus de modernisation du stade. "Il a été construit en 1938, a rappelé le maire, Thomas Ravier. Ces dernières années, on a rajouté une tribune, un espace VIP ainsi que la buvette. Nous avons également fait beaucoup de travail sous le terrain qui ne se voit pas avec la création l'an passé d'un transformateur supplémentaire."

Lancer le diaporama20 photos

Respecter les nouvelles normes et anticiper la Ligue 2

En actant dans le courant de l'année 2021 sa volonté de changer l'éclairage du stade, la municipalité ne savait pas, en revanche, qu'elle avait pris une décision vitale pour l'avenir du stade. "On était dans une logique d'anticipation d'une possible montée en Ligue 2, mais il faut savoir que depuis une décision de la Fédération française de football (FFF), à compter du 1er octobre, on ne pouvait plus jouer avec en National avec l'éclairage actuel", a poursuivi le maire.

Cela se réfère notamment aux nouvelles normes de la FFF. Un classement détermine la qualité des éclairages, allant de E7 (le plus bas) à E1 (le plus haut). Une norme E3 est à présent requise pour évoluer en National. L'éclairage utilisé jusqu'ici était classé E4. Villefranche pourra ainsi se conformer à cette obligation, et même un peu plus, comme le révèle Thomas Ravier : "Un avis préliminaire dit que nous pourrions être classés en E2, ce qui permettrait d'être adapté à la Ligue 2 et même la Ligue 1".

Outre sa plus grande puissance (1 000 lux contre 356 auparavant) l'éclairage d'Armand-Chouffet sera à présent composé de projecteurs LED. Une technologie moins consommatrice en énergie. "Pour nous, c'est un investissement important, mais en fonctionnement, cela fera baisser la note de façon substantielle", a assuré l'édile. Un poste de pilotage permettra également aux équipes du club de faire clignoter les projecteurs pour proposer des scénographies visuelles à l'entrée des joueurs.

Car comme l'a révélé Thomas Ravier, c'est la Ville et seulement cette dernière qui finance l'équipement pour un montant de 686 000 € hors taxes. "Ce n'est pas rien", a d'ailleurs glissé le premier magistrat.

Une opération technique délicate

Avec huit ouvriers au sol, à la fois pour fixer les pieds et conduire les engins destinés à lever le mât, l'opération de ce matin devait se faire au millimètre. "L'enjeu, c'est de mettre le mât à la verticale, de le fixer en bas puis de l'assembler. Il faut être précis parce qu'il n'y a pas beaucoup de jeu", a détaillé Pascal Thiollier, responsable de Sobeca à Anse, à la direction des travaux.

Car les pièces à manipuler sont encombrantes et pèsent leur poids, c'est peu de le dire : entre 45 et 47 m de haut et un poids de 6,20 tonnes en prenant en compte le mât, les câbles et les projecteurs. Ces derniers, au nombre de 20 par mât, délivrent par ailleurs une puissance de 1 500 watts.

L'emplacement des mâts a également été sérieusement étudié pour permettre l'éclairage le plus optimisé possible. "La Fédération regarde avant tout l'homogénéité de l'éclairage, a développé Mickaël Heidmann, chef de cabinet à la Ville de Villefranche. Que ce soit l'hiver ou l'été, de nuit, l'éclairage doit être le même à tous les endroits du terrain."

Premiers tests courant juillet

C'est également la présence d'un groupe électrogène de secours qui permet à Armand-Chouffet de prétendre à un classement E2. "Il donne la capacité de prendre le relai en cas de coupure, poursuit-il. Comme cela, la reprise est instantanée et le public ne s'en rend même pas compte." Si le groupe électrogène venait à ne pas fonctionner, le fait que l'éclairage soit à LED peut se relancer rapidement, contrairement aux anciens systèmes qui nécessitaient parfois jusqu'à trois quarts d'heure le temps de laisser refroidir les ampoules.

Alors que les quatre mâts doivent être sur pied d'ici ce soir, des premiers tests de couverture de l'éclairage vont être effectués les lundis 4 et 11 juillet. "On va relever des points de visée sur le terrain", a précisé Pascal Thiollier. Les tests de nuit auront lieu normalement mardi 12 juillet. D'ici le début de la saison, des responsables de la FFF viendront contrôler la qualité de l'éclairage pour valider le classement.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?