AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeVillefranche : incarcéré, il tente de s'échapper de l'hôpital Nord-Ouest

Villefranche : incarcéré, il tente de s'échapper de l'hôpital Nord-Ouest

Un homme de 29 ans a été condamné hier à 10 mois de prison et plusieurs amendes pour évasion, rébellion en récidive et dégradation de bien.
Villefranche : incarcéré, il tente de s'échapper de l'hôpital Nord-Ouest
©Zoé Besle - Arrivé le 13 juillet à la prison de Villefranche, S.P a teinté de s'évader du HNO alors qu'il devait être opéré de la main.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

S.P le reconnait volontiers, il est "loin d'être un enfant de cœur". Tee shirt rose The North Face et bras droit en écharpe, le natif du Puy-de-Dôme comparaissait le 26 juillet devant la justice caladoise, pour avoir tenté de s'échapper de l'hôpital Nord-Ouest (HNO) à Gleizé, le 18 juillet.

Le Clermontois, en détention depuis le 3 novembre 2017, est passé par plusieurs prisons avant d'atterrir dans les geôles de Villefranche le 13 juillet. Ayant perdu ses effets personnels – notamment une plaque électrique de cuisson – en arrivant dans le centre pénitencier caladois, S. P avait rageusement tapé dans un mur en apprenant la nouvelle, se cassant ainsi la main.

Transporté cinq jours plus tard au HNO en vue d'une opération, il est 8 h 20 lorsque le détenu tente de quitter la chambre sécurisée dans laquelle il était installé. La gardienne de la paix entrouvre en effet la porte de la pièce pour le prévenir que l'infirmière arrive : S. P la bouscule pour sortir et elle tente alors de le ceinturer et de le retenir par le bras mais il se débat.

La gardienne de la paix raconte alors "avoir pris peur" tandis que le Clermontois tente selon elle de se saisir de son arme de service, sans succès. Alerté par ses cris – qu'elle a d'abord pris pour ceux d'un patient du HNO – la collègue de la gardienne de la paix se précipite à sa rescousse : S.P s'enfuit et les deux femmes le poursuivent. La course du détenu s'achève lorsque ce dernier se réfugie dans une chambre du service cardiologie, dans laquelle il sera remenotté par les deux gardiennes de la paix.

Par la suite, le détenu en colère tape dans la porte de la salle de bain de sa chambre au HNO, ce qui lui vaut aussi d'être jugé pour dégradation légère du bien d'autrui par la structure de soin.

"La première chose qu'on attend d'un détenu, c'est qu'il ne commette pas d'infraction"

S. P affirme n'avoir "jamais voulu [s'] évader : je voulais juste suivre l'infirmière car je souffrais et l'attente était très longue". Son avocate a mis en avant son parcours de vie chaotique : placé en foyer de ses 10 à 17 ans, il possède 24 mentions dans son casier judiciaire et a été condamné pour de nombreux faits, notamment lorsqu'il était mineur : dégradation de bien, vol, délit de fuite, outrage… "Il faut que Monsieur apprenne à vivre à l'extérieur, a souligné Me Leblanc-Mortagne, qui demandait sa relaxation dans cette affaire. "C'est un coup de folie, pas une évasion : la douleur était sa seule motivation".

La vidéo de la caméra de surveillance présente dans le couloir de l'hôpital où s'est déroulé la scène aura raison cet argumentaire. "Sur les images, on voit que c'est n'est pas l'infirmière qui passe devant la chambre sécurisée, a affirmé la procureure, insistant sur une scène "costaud", entre la gardienne de la paix et le détenu.

Il se débat, elle essaye de l'attraper, on voit que le bars gauche de Monsieur veut prendre l'arme mais le système de déblocage l'en empêche : ce n'est pas l'attitude de quelqu'un qui a mal. La première chose qu'on attend d'un détenu, c'est qu'il ne commette pas d'infraction".

Sa sortie de prison, prévue pour 2023, sera de fait plus tardive : reconnu coupable de l'ensemble des faits, il écope de six mois de prison pour sa tentative d'évasion et quatre mois pour rébellion, peine qu'il effectuera à la suite de celle en cours. En sus, il devra également verser 200 € au HNO pour la dégradation de la porte ainsi que 700 € à la gardienne de la paix : 600 € pour le préjudice moral qu'elle a subi et 100 € pour le préjudice matériel.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?