Fermer la publicité

Villefranche : dispersion houleuse rue Paul-Bert, pourquoi la manif du 9 janvier s'est mal terminée

le - - A la une

Villefranche : dispersion houleuse rue Paul-Bert, pourquoi la manif du 9 janvier s'est mal terminée
Photo d'illustration via Wikimedia commons - Un drapeau de la CNT 69 au cours d'une manifestation dans la région.

Des manifestants dénoncent ce lundi les conditions de dispersion de la manifestation contre la réforme des retraites, jeudi 9 janvier à Villefranche. La police invoque quant à elle des gestes répréhensibles et une obstruction à la circulation.

En général, les manifestations se déroulent dans une ambiance plutôt bon enfant à Villefranche, loin des débordements connus à Lyon, Paris ou d'autres grandes villes. Le défilé du jeudi 9 janvier semble avoir fait quelque peu exception à la règle.

A travers un communiqué envoyé à la presse lundi 13 janvier, le syndicat CNT (confédération nationale du travail), rattaché à l'extrême-gauche, évoque une fin de cortège pour le moins houleuse. "Un militant CNT du syndicat interprofessionnel de Villefranche-sur-Saône est bousculé par des agents de la police nationale; un autre militant, protestant verbalement contre le comportement des agents de l'Etat a reçu, sans sommation et à bout portant, le contenu d'un spray au gaz de poivre dans le visage", déclare la CNT, qui dénonce "un geste gratuit, nullement défensif, qui n'avait visiblement pour but que de réprimer le droit de manifestation".

LES IMAGES VIDÉO EN APPUI ?

Du côté de la police, si l'on confirme la tension régnant sur les lieux jeudi 9 janvier en fin d'après-midi, on pointe a contrario du doigt l'attitude d'une poignée de manifestants. "Certains individus ont pris l'habitude depuis quelques semaines, à la fin des manifestations, de demeurer rue Paul-Bert tandis que le reste du cortège achève comme prévu le tracé rue Gagnepain, face à la Bourse du travail", explique le commissaire Debeugny.

"Ils ne répondent pas aux injonctions des fonctionnaires de police, qui en l'espèce leur ont dans un premier temps gentiment demandé de regagner la rue Gagnepain. Il y a alors eu un échange avec la personne qui n'a pas obtempéré", ajoute le commissaire, évoquant un coup porté par un manifestant à un policier à l'aide du manche d'un drapeau.

Si des faits répréhensibles sont caractérisés à l'encontre des forces de l'ordre, la police n'exclut pas une judiciarisation de l'affaire. Les images de vidéosurveillance de la zone permettront - peut-être - d'y voir plus clair.

Le syndicat CNT a pour sa part reçu le soutien du POI (Parti des ouvriers), qui, dans la même ligne, dénonce dans un communiqué "un usage abusif et disproportionné de la force".

J.V.




Julien VERCHERE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer