AccueilVILLEFRANCHEA la uneVillefranche/Coronavirus : une élue quitte l'écharpe tricolore et renfile la blouse

Villefranche/Coronavirus : une élue quitte l'écharpe tricolore et renfile la blouse

Aide-soignante de métier, Capucine Seive, adjointe au maire de Villefranche en charge de l'enfance, de la famille et de la santé, s'est mise à disposition de l'Hôpital nord-ouest et a repris du service mercredi soir.
Villefranche/Coronavirus : une élue quitte l'écharpe tricolore et renfile la blouse
DR - Capucine Seive dans sa nouvelle tenue de travail.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Capucine Seive a été élue au conseil municipal en 2014. Aide-soignante, elle a fait le choix en 2015 de se consacrer à son mandat et a pris une disponibilité professionnelle. Un choix personnel aussi, avec trois enfants et un mari appelé à souvent se déplacer pour son travail.

Mais le 12 mars allait être décisif, lorsqu'Emmanuel Macron annonça la fermeture des établissements scolaires et que la probabilité d'un confinement se profilait. Elle a immédiatement contacté son employeur, l'Hôpital nord-ouest, pour informer qu'elle était disponible en cas de besoin.

"Ce n'était pas une décision si facile à prendre, explique-t-elle, avec trois enfants à la maison sans école, cela compliquait les choses. Mon mari m'a dit qu'il s'arrangerait, pour aménager son travail et le suivi scolaire". Ses enfants l'ont aussi confortée dans ce choix : "Ils ont été adorables, je leur ai dit qu'on avait besoin de leur maman, mais qu'il faudrait aussi qu'ils jouent le jeu et qu'ils me laissent dormir. Et ils se sont adaptés. Ils sont inquiets bien sûr, mais aussi tellement fiers".

Fière, Capucine ne l'est pas forcément quand elle monte dans sa voiture pour aller à l'hôpital car, appelée le 23 mars par l'établissement caladois, elle a repris du service pour les nuits, depuis le 25 mars. "J'ai peur bien sûr de ramener le virus à la maison, mais je fais extrêmement attention et l'Hôpital nord-ouest nous protège bien. Et je préfère largement être à l'hôpital que dans un magasin. Mais je n'embrasse plus mes enfants".

Capucine Seive travaille dans le service de suspicion de Covid qui, une fois le diagnostic confirmé, réoriente les patients. "On attend encore le pic, mais l'Hôpital nord-ouest a préféré anticiper et rappeler du personnel avant, pour le former. Les équipes et la direction font un travail formidable."

Elle enfile donc blouse, surblouse, masques et lunettes, loin de l'écharpe tricolore dont elle se ceint régulièrement depuis maintenant 6 ans. "Mon quotidien a radicalement changé, mais ma famille me soutient. Et surtout, il fallait le faire". Une initiative qui permet de relativiser les critiques souvent émises à l'encontre des élus.

Fabrice Petit

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?