AccueilACTUALITESVers un Géoparc en Beaujolais

Vers un Géoparc en Beaujolais

L'idée de la création d'un Géoparc en Beaujolais a été arrêtée lors du dernier conseil syndical du Syndicat mixte du Beaujolais.

ACTUALITES Publié le ,

"Il s'agit de se lancer dans une labellisation à l'échelle du territoire Beaujolais", souligne Daniel Paccoud, président du SMB. Il avait été question il y a quelques temps de créer un Parc naturel régional mais aujourd'hui et après avoir beaucoup discuté notamment avec les services de la Région, cela paraît très difficile, par contre que le Beaujolais se focalise et mette toute son énergie pour avoir un élément fort de communication territoriale paraît intéressant".
L'objectif d'un Géoparc est de valoriser le patrimoine géologique aussi bien en le faisant connaître qu'en se servant de lui comme support d'activité économique pour le territoire. "La labellisation permettra de fédérer des énergies et de se retrouver véritablement sur un sujet qui peut être très parlant notamment au niveau touristique, expose Daniel Paccoud. Le but est de s'appuyer sur la spécificité du territoire Beaujolais à travers sa géologie mais aussi avec toutes les conséquences que peut avoir la géologie sur l'activité humaine sous toutes ses formes, qu'il s'agisse entre autres de l'économie et de l'habitat et ce, sur le territoire du syndicat mixte soit 136 communes, 200 000 habitants, cinq intercommunalités (si le schéma tel que le préfet nous l'a soumis aux élus est validé)."
Pour le président du Syndicat mixte Beaujolais, il ne s'agit pas d'un nouveau projet mais plutôt de mettre en synergie des actions déjà existantes et les projets à venir qui vont dans ce sens de cette labellisation. "Au niveau géologique, le Beaujolais a de nombreux atouts comme le site des Pierres folles et son musée avec à sa tête un technicien hors pair, il y a aussi tout le travail que fait l'Union des vignerons du Beaujolais notamment en ce qui concerne la caractérisation des sols, sans oublier les carrières de pierres dorées et les zones humides vers Poule-les-Echarmeaux. Il faut fédérer tous ces atouts et les mettre en avant pour essayer d'obtenir cette labellisation qui permettra de parler du territoire Beaujolais", fait remarquer Daniel Paccoud.
Quant au phasage du dossier qui s'avère compliqué comme tout ce qui concerne les labellisations UNESCO, le président indique qu'au préalable, un diagnostic va être réalisé pendant deux mois avant de s'engager complètement dans la démarche. "Il faudra faire ensuite un état des lieux de tout ce qui existe sur cette thématique d'après le dossier de référence que nous aurons à fournir à l'UNESCO, indique Daniel Paccoud. Bruno Rousselle, directeur de l'Espace Pierres Folles pourrait être le technicien de référence et nous pourrons nous appuyer également sur les compétences de Chantal Pégaz qui est à l'origine de la démarche. Je suis enthousiaste et je pense que c'est un projet que l'on peut mener à bien sur l'échelle du territoire".

Laurence Chopart

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?