AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeUne femme et ses deux enfants blessés par un chasseur à Pommiers

Une femme et ses deux enfants blessés par un chasseur à Pommiers

La mère et ses deux enfants se promenaient dans l'après-midi du dimanche 9 octobre lorsqu'ils se sont fait tirer dessus.
Le chasseur, âgé de 81 ans, aurait été ébloui par le soleil tandis qu'il visait un lièvre. (image d'illustration)
©DR - Le chasseur, âgé de 81 ans, aurait été ébloui par le soleil tandis qu'il visait un lièvre. (image d'illustration)

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

Une balade dominicale qui tourne mal : une famille partie se promener dans les vignes après le repas a terminé la journée à l'hôpital de Villefranche-sur-Saône. La femme et ses deux enfants, âgés de 7 et 10 ans, ont été touchés par les plombs d'un chasseur. L'incident a eu lieu alors que la famille circulait sur le chemin de Saint-Martin, à proximité d'habitations.

D'après les informations de la gendarmerie, un chasseur de 81 ans qui se trouvait à proximité de l'axe aurait aperçu un lièvre : ébloui par le soleil, il a blessé la femme et ses deux enfants en tirant. La mère a reçu des plombs dans les jambes, tandis que les enfants ont été touchés aux bras.

Transportés en ambulance, leurs pronostic vital n'était pas engagé, mais le traumatisme a été fort, notamment pour les deux petits. Interpellé, le chasseur a été placé en garde en vue. Les dépistages à l'alcool et aux stupéfiants se sont révélés négatifs.

Il est sorti le soir même à la demande du procureur, en attendant des rapports balistiques pour établir le lieu précis du tir : de là découlera une réponse pénale. Un rapport de l'Office français de la biodiversité (OFB) est également prévu, qui devrait déterminer et préciser les circonstances de cet accident, advenu à proximité d'un axe de circulation et en direction d'habitations, ce qui est normalement interdit.

Six morts et 34 blessés entre 2020 et 2021

Cet évènement, qui aurait pu être dramatique, n'a pas manqué de faire réagir : Thierry Girardot, co-référent d'EELV Beaujolais, y a réagi via un communiqué, rappelant qu'entre2020 et 2021, la chasse a fait six morts et au moins 34 blessés en France.

"En période de chasse, nous ne pouvons plus sortir tranquillement, nous balader en forêt. Trois-quarts des gens y renoncent par peur des accidents ! Notre nature doit être accessible à toutes et tous, les familles ont le droit de se promener, de faire du vélo ou simplement d’admirer nos paysages sans craindre de se retrouver sur un terrain de chasse", souligne le conseiller municipal d'opposition de Limas, pointant du doigt le manque de régulation de cette activité de la part du gouvernement.

"Il est temps de l’interdire les week-ends et pendant les vacances scolaires pour que, enfin, nous retrouvions un accès libre à la nature et aux forêts". D'après un sondage Ipsos réalisé en 2021, plus d’un Français sur deux (51 %) est opposé à la chasse, un chiffre stable par rapport à 2018. De plus, 83 % des sondés estimaient que sa pratique pose des problèmes de sécurité pour les promeneurs lors de balades dans la nature.

Pour la Fédération de chasse du Rhône, "aucun tir n'est anodin"

Interrogé sur cet accident, Antoine Hermann, directeur de la Fédération des chasseurs du Rhône, reste prudent, attendant plus de précisions sur les circonstances de ce tir de la part de la gendarmerie et de l'OFB. "On ne peut que condamner une imprudence ou une infraction si elle a été commise", indique-t-il, soulignant que la fédération adresse tous ses souhaits de rétablissement aux victimes.

"Les formations que nous dispensons à nos chasseurs interdisent le tir en direction des voiries ou sans avoir pris en compte l'environnement autour, ce qui fait que nous avons très peu d'accidents. Il va falloir qu'on comprenne les circonstances qui ont amené à celui-ci et trouver des solutions pour que cela ne se reproduise pas".

Concernant l'âge avancé du chasseur, Antoine Hermann affirme que ce n'est pas un élément facilitateur pour ce type d'incident. "Depuis des années, l'OFB analyse tous les accidents de chasse. À aucun moment l'âge ne ressort comme facteur aggravant : il n'y a pas d'âge pour chasser tant qu'on est en capacité".

Le directeur de la fédération souligne que la majorité des accidents se produisent entre chasseurs. "On a aussi beaucoup d'auto-accidents avec des erreurs de manipulation. Quand le tireur touche des victimes extérieures, c'est souvent par manque de considération de l'environnement alentours. C'est pourquoi nous sensibilisons les chasseurs, en rappelant qu'aucun tir n'est anodin".

Depuis 2004, l'examen du permis de chasser contient une formation pratique obligatoire avec une simulation de parcours de chasse, durant laquelle apparaissent notamment des silhouettes.

"Tout tir ou manipulation dans leur direction est éliminatoire : on a un tiers d'échec au premier passage donc le niveau d'exigence est élevé". Depuis 2019, les chasseurs n'ayant pas suivi ce type de formation sont obligés de remettre à niveau leurs connaissances. "On reforme actuellement tous nos chasseurs qui ont leur permis depuis plus de 10 ans ou ne l'ont pas passé, ce qui est peut-être le cas de cet homme au vu de son âge", conclut Antoine Hermann, qui souligne que des sanctions seront prises si infraction il y a eu, pouvant aller jusqu'au retrait du permis de chasse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?