AccueilVILLEFRANCHEUne bonne récolte de miel au parc de Haute Claire

Une bonne récolte de miel au parc de Haute Claire

Le rucher municipal a encore été généreux cette année.
Une bonne récolte de miel au parc de Haute Claire
© Isabelle MARTIN-SIBILLE

VILLEFRANCHE Publié le ,

Chaque année, au début de l’été, les ruches municipales installées dans le haut du parc de Haute Claire font l’objet de la récolte de miel. C'était encore le cas, mardi 12 juillet. Lancé au début des années 2000 par la mission développement durable de la mairie de Villefranche, le rucher municipal illustre la volonté d’une politique qui prend fortement en compte le développement durable et la préservation de la biodiversité.

© Isabelle MARTIN-SIBILLE

120 kg de miel produits en moyenne

Les 400 000 abeilles api melifera occupant les cinq ruches produisent en moyenne 120 kg de miel, ce qui est le signe de la bonne qualité de l’environnement dans lequel elles évoluent au quotidien (acacias, tilleuls…). Cette abeille à la robe assez sombre est considérée comme semi-domestique ; elle est la plus répandue en Europe. La population moyenne d’une ruche en été est de 40 000 à 80 000 sujets ; elle est dix fois inférieure en hiver. Les ouvrières nées au printemps et en été ne vivent que cinq à six semaines alors que la durée de vie de celles nées en hiver est de quatre à cinq mois à l’intérieur de la ruche ; la reine, quant à elle, a une durée de vie de quatre à cinq ans.

Des frelons repérés près des ruches

La colonie se développe d’autant mieux qu’elle se trouve dans un environnement préservé de tout usage de produits phytosanitaires. Ce mardi, la récolte annuelle s’est effectuée en présence d’Olivier Mandon, adjoint délégué à la transition écologique et au développement durable, plusieurs élus et les services des espaces verts et de la propreté urbaine. Une surveillance particulière de la colonie sera effectuée car lors de cette collecte, les apiculteurs ont constaté la présence du redoutable prédateur qu’est le frelon asiatique, ce qui indique la proximité possible d’un nid à moins de 3 km des ruches. Un décret paru en début d’année reconnaît cet insecte introduit accidentellement en France depuis 2004 comme un nuisible à éradiquer.

© Isabelle MARTIN-SIBILLE
Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?