Fermer la publicité

Un retraité condamné pour détention d'images pédo-pornographiques

le - - Faits divers / Justice

Un septuagénaire de Pommiers a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Villefranche pour la détention de nombreuses images pédo-pornographiques. Les faits ont été découverts au cours de l'année 2009, après que l'homme ait été dénoncé par un habitant… de Madagascar.

Un septuagénaire de Pommiers a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Villefranche pour la détention de nombreuses images pédo-pornographiques.
Les faits ont été découverts au cours de l'année 2009, après que l'homme ait été dénoncé par un habitant… de Madagascar. Celui-ci aurait entendu une conversation téléphonique entre le septuagénaire et une Malgache de 24 ans. Selon ce témoin initial, le dialogue laissait penser que l'homme cherchait à entrer en contact avec une jeune fille de 14 ans, cousine de la jeune femme, sur fond de tourisme sexuel.
C'est à partir de ces informations que les gendarmes se sont rendus au domicile du retraité de Pommiers, où ils ont découvert – outre la photo qu'il cherchait de la toute jeune Malgache – plus de trois mille six cents images sur différents supports, disques durs, clés USB et même images imprimées ! Au terme de trois années d'instruction judiciaire, les investigations relatives à l'aspect "tourisme sexuel" n'ont pas abouti. Et l'homme était renvoyé mardi devant le tribunal correctionnel de Villefranche uniquement pour la détention d'images pédo-pornographiques.
A la barre, cet ancien journaliste a insisté sur le fait que "les photos représentant des mineurs n'étaient pas majoritaires". Il a aussi déclaré se demander "pourquoi les pouvoirs publics ne bloquaient pas ces sites, tentation permanente pour les gens qui ont des problèmes". Le président Kenette n'a guère goûté les nombreuses justifications avancées par le prévenu. "Vous vous trouvez beaucoup d'excuses, mais quand on observe vos antécédents judiciaires, il y a de quoi s'inquiéter", a-t-il répondu.
L'homme a déjà été sanctionné à six reprises par la justice pour des faits à caractère sexuel concernant des enfants entre 1996 et 1999. Outre une série d'exhibitions devant des mineurs, il avait été condamné à une peine de prison ferme dans une affaire d'agression sexuelle. De surcroît, l'expertise psychologique réalisée dans le cadre de l'enquête dépeint "une fixation de la sexualité sur le mode pédophile, avec une dangerosité liée à un risque de réitération".
Le procureur a demandé un an d'emprisonnement avec sursis mise à l'épreuve, une obligation de soins, ainsi qu'une interdiction d'entrer en relation avec des mineurs pendant une durée de trois ans.
Seul pour assurer sa défense, le prévenu a mis en avant un équilibre intérieur selon lui retrouvé?: "Je reconnais la gravité des faits. Mais j'ai aussi fait beaucoup d'efforts pour m'amender depuis mes anciennes condamnations. Je suis aujourd'hui marié avec une femme formidable, mon assurance anti-récidive. Je n'ai plus de mauvaises pensées."
Le tribunal n'a visiblement pas été pleinement convaincu par ces propos, allant au-delà des réquisitions du procureur. Il a prononcé une peine de dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis mise à l'épreuve de trois ans avec une obligation de soins.

Julien Verchère




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer