AccueilVAL DE SAONERégion de BellevilleUn échange sur l’éco-anxiété à l’initiative du 3CHB

Un échange sur l’éco-anxiété à l’initiative du 3CHB

A l’initiative du comité citoyen pour le climat du Haut-Beaujolais, le 3CHB, Emmanuelle Cheminat, écothérapeute, animera jeudi 24 novembre à 19 h 30 chez Annette à Chénelette un échange autour de l’éco-anxiété.
Emmanuelle Cheminat
©Christine Gesse - Emmanuelle Cheminat

VAL DE SAONERégion de Belleville Publié le ,

L'intervenante, qui a fait de cette thématique son coeur de métier, propose un échange autour des problèmes que posent les dérèglements climatiques aux individus et les modalités d’action que des praticiens, voire thérapeutes, ont mis en place y répondre.

Comment définissez-vous l’éco-anxiété que vous mettez au centre de cet échange ?

C’est un état psychologique de détresse émotionnelle que peut vivre un individu en réponse à la menace du changement climatique et de ses conséquences sur la planète. Cette détresse, modérée ou forte, peut parfois déborder les personnes qui la vivent. Peur de l’avenir, peur des conséquences du dérèglement climatique sur le futur, sur la vie, sur la nature, sur la santé … Des psychologues commencent à recevoir des patients qui ont une peur chronique du futur, de l’avenir, provoquée par les changements annoncés qui peut perturber considérablement leur vie.

Est-ce vraiment si grave que ça ?

Des professionnels de l’environnement vivent aujourd’hui des burn-out, des dépressions, qui ne sont pas liés à leurs conditions de travail, mais à leur univers de travail : la nature. Ils ont une relation scientifique à la nature, ils peuvent expliquer rationnellement les bouleversements en route, mais ils n’ont pas d’espace pour exprimer les émotions que cela provoque chez eux. Ce que je veux, c’est leur permettre d’exprimer leur relation émotionnelle à cette nature qu’ils voient changer pour qu’ils puissent gérer l’impact de ces émotions. C’est pourquoi je propose un accompagnement qui s’appuie sur deux leviers : la psychologie positive centrée sur la bienveillance envers soi, mais aussi la nature, ses bienfaits, ses vertus thérapeutiques.

Que proposez-vous comme moyens d’agir ?

Ce que je veux apporter dans ma pratique d’écothérapeute, c’est qu’il faut pouvoir dire ces émotions-là, et s’en servir comme moteur pour agir, pour soi et pour la planète. Relier la santé de l’homme et la santé de la planète. Ce lien est nouveau, il ne se faisait pas quand j’ai fait mes études il y a quelques années, j’ai obtenu d’abord l’équivalent d’un Master 1 en psychologie et ensuite un BTS en gestion de l’environnement, aujourd’hui j’essaie de relier ces deux univers. J’ai obtenu l’an dernier un diplôme d’université en psychologie positive et j’en adapte les enseignements à ces problématiques environnementales qui envahissent nos préoccupations. L’angoisse vient quand on se pose des questions sans trouver de solutions, j’accompagne les personnes et les groupes pour qu’ils trouvent leurs solutions. C’est ce dont nous parlerons jeudi prochain.

Pour en savoir plus, Emmanuelle Cheminat, https://www.eco-therapeute.fr/

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?