AccueilACTUALITESEconomieTourisme : il faut vendre le Beaujolais

Tourisme : il faut vendre le Beaujolais

Signalétique, œnotourisme, chambres d'hôtes, visites de châteaux, aménagement de plan d'eau et de chemins de randonnée, etc., les initiatives sont nombreuses.

ACTUALITESEconomie Publié le ,


L'association Destination Beaujolais développe la notoriété du Pays Beaujolais, en France et à l'étranger, et veut doter notre région d'une offre touristique adaptée à une demande qui ne cesse d'évoluer. Tour d'horizon avec Frédéric Miguet, président.

Que fait le Beaujolais pour le tourisme ?

"En préambule, je voudrai préciser que le Beaujolais ce n'est pas que le vignoble. Il s'étend d'Anse à Mâcon, de Villefranche à Thizy. Au niveau touristique, quatre pôles ont été déterminés?: le Beaujolais vert, Villefranche cœur de ville, le Beaujolais des Pierres dorées et le Beaujolais viticole. Ces quatre pôles sont dotés d'un office de tourisme avec des antennes chargées des animations locales. La coordination de ces quatre pôles et la communication nationale et internationale est organisée au sein de Destination Beaujolais.
Nous avons établi un plan de travail qui est établi en concertation avec les offices de tourisme. Il s'agit entre autres de publications de documents, de la mise en place d'un site internet, de présence sur les salons à Lyon, Paris et la Belgique, etc. La réalisation de films sur le territoire est en cours. Soit un film par pôle, un autre pour les quatre pôles et enfin un de type généraliste. Ils seront finalisés à l'automne.
Les animations locales sont actuellement bien assurées par les offices de tourisme comme Les rosés de l'été, Beaujolez-vous, etc. Nous étions récemment à Lyon pour présenter toute l'offre touristique en Beaujolais.
Beaucoup d'initiatives ont émergé alors qu'il y a vingt ans il n'existait pas d'animations."

Notre région verra la création de la métropole de Lyon à partir du 1er janvier 2015. En matière de tourisme n'y a-t-il pas une opportunité à saisir pour le Beaujolais ?

"Tout à fait ! Nous devrons profiter de cette dynamique. Dans notre plan d'actions, nous avons prévu de travailler de façon plus étroite avec l'Office de tourisme du "Grand Lyon", notamment dans le cadre de l'opération mon week-end à Lyon."

D'après vous, quelle est la spécificité du Beaujolais en terme de passages ?

"Nous ne sommes pas une destination de longs séjours. Nous sommes positionnés surtout sur du court et moyen séjour."

Vous avez souvent mis en avant les atouts de la région : paysages diversifiés, le nom beaujolais connu dans le monde entier, le vignoble, les gens accueillants, etc. Quels manques avez-vous relevés ?

"Le manque de communication?! Le Beaujolais n'est pas assez identifié comme une région touristique. Autre écueil : nous n'avons pas la culture du tourisme, notamment à cause d'un défaut de la maîtrise collective de la langue anglaise. Enfin notre territoire compte trop de structures touristiques. Nous diluons nos forces. En résumé, nous devrons mettre l'accent sur la communication nationale et internationale, il faut vendre la région."

L'offre d'hébergements et de restauration est-elle suffisante??

"De la ferme-auberge au restaurant étoilé, notre région est bien pourvue. Nous avons trois campings qui fonctionnent bien, comme celui d'Anse, de Fleurie et celui du lac des Sapins. Le Beaujolais est pourvu également de nombreuses chambres d'hôtes."

D'après vous, qu'est-ce qui attire le plus les touristes ?

"La diversité des paysages et les châteaux. On ne dit pas assez qu'ils sont nombreux en Beaujolais. Et notre vignoble bien sûr ! Un autre atout est notre situation géographique. Nous sommes localisés sur l'un des axes routiers les plus fréquentés d'Europe. La proximité de la Dombes joue également."

Propos recueillis par Laurence Chopart

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?