AccueilSénatoriales 2020 : les candidats du Beaujolais s'expriment

Sénatoriales 2020 : les candidats du Beaujolais s'expriment

Dimanche, les 3700 grand électeurs du Rhône vont choisir les sept sénateurs qui représenteront le département au Palais du Luxembourg lors des six prochaines années. Tour d'horizon des forces en présence.
Sénatoriales 2020 : les candidats du Beaujolais s'expriment

Publié le ,

Frédéric Miguet : "Un référent à l'écoute du territoire"

Présent sur la liste "Territoires et République" conduite par François-Noël Buffet, Frédéric Miguet (LR), maire de Fleurie depuis 2001 et vice-président de la Communauté de communes Saône Beaujolais, souhaite agir comme un relais entre la métropole et sa terre natale.

"François-Noël Buffet et Catherine Di Folco (NDLR : sénateurs sortants, tête de liste et 2e position éligible) ont déjà fait leurs preuves et démontré leur capacité de travail au Sénat. Très attaché à la chose publique, je serai pour eux, si nous sommes élus, un relais sur le territoire, un référent à l'écoute du Beaujolais, ce territoire que j'aime tant et que je défends. Il s'agira d'assurer une vigilance permanente, notamment sur tout ce qui concerne la ruralité, la viticulture. Au Sénat, il faudra davantage prendre en compte le rôle du maire, qui a montré toute son importance en période de Covid : à Fleurie, on a fabriqué 1 500 masques en quinze jours seulement ! Le gouvernement a délaissé la fonction de l'élu local, il est indispensable de défendre ce maillon essentiel pour le vivre-ensemble en France. D'autre part, sur les questions relatives à l'insécurité, le Sénat devra être attentif car les élus locaux doivent être protégés par la République. Enfin, le monde politique doit travailler ensemble : le Beaujolais ne sera fort que s'il n'est pas coupé de la métropole."

C. R.


Béatrice Berthoux : "Porter la voix des maires est fondamental"

En seconde position sur la liste d'"Union de la droite, du centre et des indépendants", conduite par Etienne Blanc, vice-président de la Région, Béatrice Berthoux (LR), avec plusieurs mandats à son actif, veut aller encore plus loin.

Depuis son premier mandat de conseillère municipale en 2008, Béatrice Berthoux a connu une ascension politique. Elle est aujourd'hui vice-présidente de la Région Auvergne–Rhône-Alpes en charge des lycées, vice-présidente de l'Agglo de Villefranche et adjointe au maire de Villefranche à la culture. Entre mars 2015 et début 2016, elle a siégé au Département comme vice-présidente. Aujourd'hui, cette ancienne étudiante de Sciences Po ne veut pas en rester là.

"Cela fait depuis plus de dix ans qu'en tant qu'élue, je me bats pour que le Beaujolais et Villefranche soient représentés au Département et à la Région. Je veux continuer aujourd'hui pour les mêmes raisons en présentant ma candidature, cette fois-ci, au Sénat. Dans le contexte actuel où l'on observe que les métropoles pèsent de plus en plus lourd, comme à Lyon, il y a un risque que la voix du Beaujolais soit moins entendue que celle de la métropole. D'où mon engagement sur la liste".

L. C.


Danièle Lebail : "Une candidature au service de mon territoire"

En quatrième position sur la liste "Unis pour le Rhône, rassemblement de la gauche et des écologistes", conduite par l'écologiste Thomas Dossus (adjoint au maire du 7e arrondissement de Lyon), Danièle Lebail (PCF) plaide pour l'égalité territoriale.

"Si je me suis engagée sur la liste "Rassemblement de la gauche et des écologistes", c'est parce qu'il s'agit d'une liste de large rassemblement à gauche dans notre diversité d'opinions et dans une diversité territoriale réunissant le nouveau Rhône et la métropole, portant des valeurs qui me sont chères : l'égalité territoriale et des citoyens, la justice sociale et écologique. Cette candidature s'inscrit totalement dans mon engagement de militante associative et d'élue politique au service de mon territoire. Je porterai au Sénat les préoccupations locales et serai la voix de celles et ceux qui souffrent, tout en travaillant dur. Mon attention sera forte pour la défense des collectivités locales, particulièrement nos communes, en desserrant l'étau financier qui les étouffe, la préservation et la modernisation de nos services publics."

L. C.


Benoît Froment : "Un RER "à la lyonnaise" pour irriguer le territoire"

Benoît Froment est second sur la liste "Union centriste pour le Rhône", conduite par Michèle Vullien, sénatrice sortante. Il est conseiller délégué à l'urbanisme et l'habitat de Villefranche, conseiller d'agglomération et 3e vice-président du Syndicat mixte des rivières du Beaujolais.

"J'ai souhaité m'engager sur cette liste principalement pour des questions liées au territoire, au développement économique et au développement durable avec une clé de voûte : celle de la mobilité. Je pense que le territoire du Beaujolais est en capacité d'accueillir beaucoup d'entreprises. Mais pour les attirer davantage, il faut que l'on soit mieux connecté à la métropole. C'est pour cela qu'avec Michèle Vullien, si nous sommes élus au Sénat, nous avons le projet de créer un RER métropolitain "à la lyonnaise" et ce, avec des élus de la métropole. Cela permettrait de réduire les déplacements du nord du Rhône vers la métropole. Il s'agira ainsi d'améliorer la qualité de vie. Depuis trois ans, Michèle Vullien a effectué un énorme travail sur la mobilité. Elle est membre du Sytral. Si je suis élu, je souhaite travailler sur le projet de loi de décentralisation (appelée 3D). Les collectivités doivent jouer un rôle beaucoup plus important dans toutes les décisions qui sont prises dans ce pays."

L. C.


Bernard Fialaire :"Je connais très bien le territoire"

La liste connotée centriste "Avec les élus du Rhône et de la métropole de Lyon", conduite par Bernard Fialaire, conseiller départemental, ex-maire de Belleville se veut rassembleuse et indépendante des appareils politiques.

"J'ai été maire pendant 25 ans et présidé une communauté de communes pendant 20 ans. Ce qui m'a permis d'acquérir de l'expérience. Je connais très bien le territoire, aussi bien celui de la métropole que du département, car j'ai siégé dans cette collectivité comme vice-président pendant quinze ans. Je ne me suis pas représenté à la mairie de Belleville et à la Communauté de communes Saône Beaujolais car, si je suis élu sénateur, je veux me consacrer entièrement à ce mandat Je souhaite m'impliquer fortement pour une organisation décentralisée du système de protection sanitaire et médico-sociale. La crise sanitaire a montré le rôle indispensable des élus pour gérer au mieux les situations au plus près de la population et des territoires. Il faut que l'Etat propose des grandes lois-cadres et qu'on laisse de l'autonomie aux élus locaux".

L. C.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 27 janvier 2022

Journal du27 janvier 2022

Journal du 20 janvier 2022

Journal du20 janvier 2022

Journal du 13 janvier 2022

Journal du13 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?