Fermer la publicité

Semaine européenne de la mobilité : un cycliste caladois témoigne

le - - ACTUALITES

Semaine européenne de la mobilité : un cycliste caladois témoigne
Hervé ROCLE

Plusieurs rendez-vous* mettront le vélo à l'honneur. Cette pratique monte en flèche, mais les usagers réclament davantage d'aménagements

Organisée par le ministère de la Transition écologique et solidaire en partenariat avec l'Ademe, la Semaine européenne de la mobilité se déroule jusqu'au 22 septembre.Elle a pour but d'inciter le plus grand nombre de personnes à adopter une démarche écocitoyenne pérenne en privilégiant les déplacements doux et alternatifs à la voiture particulière : transports publics, covoiturage, autopartage, vélo…

A Villefranche, on le constate : les amateurs de vélo sont de plus en plus nombreux. Victor Herlin pratique déjà ce mode doux depuis des trois ans. Il nous fait part de ses observations.

Vous utilisez souvent en vélo, pour quel type de déplacement ?

"J'habite à Villefranche et travaille à Gleizé, je fais 6 kilomètres chaque jour. Pour les déplacements en famille mon épouse et moi avons 2 vélos électriques équipés de sièges enfants, lorsqu'un seul doit gérer les 2 filles, nous sommes équipés d'une remorque enfants. Les filles adorent ça. Nous avons une voiture que nous utilisons pour environ 20 % de nos déplacements, pour visiter ma belle famille à Chambéry, pour aller à Lyon, mais aussi pour faire des courses volumineuses."

Il existe des pistes et des bandes cyclables à Villefranche et dans son agglomération. Selon vous quels sont les points à améliorer ?

"Les principaux axes sont équipés de bandes cyclables, et non de pistes cyclables, ça répond aux normes actuelles, mais je ne peux pas dire que c'est suffisant. J'ai l'impression que les élus s'en contentent pour l'instant. C'est dommage, car il y a de nombreux axes qui pourraient être mieux équipés avec de vraies pistes cyclables, physiquement séparées de la chaussée, beaucoup plus sécurisantes et qui inciteraient beaucoup plus les Caladois à se mettre au vélo. Villefranche est une ville faite pour les voitures, héritée des décennies passées, mais aujourd'hui, j'ai l'impression que les gens aspirent à autre chose, à ne plus être coincés dans les bouchons. Pour cela il faut qu'il y ait des infrastructures qui leur donnent envie de le faire. Il manque quelque chose de plus ambitieux que de simples bandes cyclables au sol."

Selon vous quelles sont les priorités ?

"Il faut avoir une vraie vue d'ensemble sur le plan de circulation global de Villefranche et de son agglomération. La nouvelle agglo doit réfléchir à la part actuelle consacrée à la voiture, les voies de circulation, les places de stationnement, les parkings périphériques, le budget, et définir la part qui pourrait être consacrée aux modes doux, le vélo, les piétons, les personnes à mobilité réduite, aux livraisons en hyper-centre. Les usagers doivent être consultés, la ville et l'agglo semblent ouvertes à la discussion, faisons en sorte d'avancer ensemble."

Propos recueillis par HERVE ROCLE

Correspondant local de presse

* Voir notre édition papier à paraître jeudi 17 septembre.




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer