AccueilACTUALITESEconomieSécheresse : les interventions curatives de Renfortek se multiplient

Sécheresse : les interventions curatives de Renfortek se multiplient

Cette entreprise gleizéenne renforce les fondations des maisons qui se fissurent sous le coup de la chaleur, tout en réparant celles déjà existantes.
Nicolas Pelissier, gérant de Renfortek.
©Zoé Besle - Nicolas Pelissier, gérant de Renfortek.

ACTUALITESEconomie Publié le ,

C'est un phénomène de plus en plus courant, voué à se multiplier dans les années à venir en raison du changement climatique : avec la sécheresse, certaines habitations se fissurent. Les bâtiments concernés sont situés sur des sols argileux : sous l'effet de la chaleur, les sols se rétractent, tandis qu'ils gonflent lorsque la teneur en eaux augmente.

C'est ce phénomène de glissement du sol qui provoque l'apparition de fissures sur les maisons ; les évènements climatiques de plus en plus intenses en France participent à l'amplification du phénomène. Selon le ministère de l’Écologie, 10,4 millions de maisons individuelles sont potentiellement très exposées à ce risque. "Il y en aura de plus en plus avec le réchauffement climatique, prophétise Nicolas Pélissier, gérant de Renfortek. D'autant plus qu'en France, le parc immobilier est vieillissant, ce qui joue aussi".

L'entreprise, basée à Gleizé, a soufflé sa première bougie en mai 2022. Elle intervient auprès des particuliers dont les maisons se fissurent : à travers la reprise et le renforcement des fondations, auquel vient ensuite s'ajouter l'agrafage des fissures, l'intervention de Renfortek permet de réparer les bâtisses tout en prévenant l'apparition de nouvelles fissures. Ancien cadre dans une société de gros œuvre, Nicolas Pélissier s'est associé avec deux spécialistes des fondations spéciales pour fonder Renfortek. "On s'est rendu compte qu'il y avait un besoin pour ce type de services, notamment dans les dossiers de sinistre sécheresse", explique le gérant de l'entreprise.

80 % des demandes d'intervention qu'il reçoit proviennent d'ailleurs d'experts d'assurances. Onze personnes travaillent actuellement au sein de Renfortek : l'entreprise intervient chez des particuliers essentiellement situés dans le Beaujolais et dans la région de Roanne. "On essaye de développer notre activité dans l'Ain et la Saône-et-Loire", ajoute Nicolas Pélissier.

"La situation ne va pas s'arranger dans les années à venir"

Actuellement, Nicolas Pélissier traite les dossiers pour des maisons sinistrées en 2018, à raison de deux par mois. Dans le Beaujolais l'entreprise a de nombreux dossiers à traiter sur les communes de Morancé (12) et Fareins (6). Pour que Renfortek puisse intervenir sur une habitation sinistrée, l'état de catastrophe naturelle sécheresse doit être déclarée sur la commune où les habitations sont situées : la mairie doit pour cela en faire la demande à l'État.

Le nombres d'habitation touchées influe généralement sur le refus ou l'accord. Si la demande est acceptée, un expert, par le biais de l'assurance vient visiter la maison pour vérifier que les fissures sont bien dues à la sécheresse. Une étude de sol indépendante doit ensuite être réalisée pour vérifier la présence d'argile : si toutes ces cases sont cochées, Renfortek peut intervenir.

©RenfortekLes interventions de l'entreprise se concentrent aussi bien sur l'intérieur que l'extérieur des maisons.

L'entreprise réalise alors un plan de réparation et un devis pour le chantier de renforcement : chaque dossier prend en moyenne un mois et demi à l'entreprise et coûte environ 150 000 €. Les interventions se font aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur des bâtisses : à l'aide de foreuses, Renfortek selle la fondation existante en implantant des micropieux, qui vont supporter la descente de charge de la maison à la place de cette dernière et ainsi prévenir l'apparition de nouvelles fissures.

Trois mois après – le temps d'être sûr que la maison est stabilisée - l'agrafage des fissures déjà existantes est réalisé sur les façades. Interrogé sur 2022, le gérant de Renfortek pense qu'elle sera "l'une des années où il y aura le plus de sinistres de ce type. Et la situation ne va pas s'arranger dans les années à venir". Des interventions nécessitent de nombreuses démarches, mais qui permettent de préserver le patrimoine et d'éviter des décottes importante lors de la vente des biens.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

Journal du 01 septembre 2022

Journal du01 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?