AccueilACTUALITESSalon de l'agriculture : le Beaujolais dans sa diversité

Salon de l'agriculture : le Beaujolais dans sa diversité

Rendez-vous international qui a attiré plus de 700 000 personnes en 2014, le Salon de l’agriculture se tient jusqu’au 1er mars porte de Versailles à Paris.

ACTUALITES Publié le ,

Associé à la Chambre d’agriculture, le Département du Rhône a participé encore une fois à ce salon. Mardi 27 février, direction le Pavillon 3 dont une partie est réservée aux productions des régions de France. A l’espace dédié à la région Rhône-Alpes, le Département et la Chambre d’agriculture ont uni leurs efforts pour présenter les atouts et les richesses du nouveau Rhône dans un secteur qui représente la troisième force économique de France. En effet, les lauréats rhodaniens du concours général agricole de ces dernières années ont été mis à l’honneur. Ainsi les visiteurs ont pu découvrir entre autres les productions charcutières de la ferme Montchervet à Amplepuis, le morgon de Cyrille Chavy ou encore les bières Ninkasi de Tarare.

"Je bois souvent du bordeaux, mais j’aime le morgon car il est corsé ", souligne une retraitée domiciliée dans le 9/3. "Je m’arrête tous les ans au stand des beaujolais, car il y a toujours un nouveau vin à découvrir", ajoute un autre visiteur de Paris venu avec ses enfants et qui déguste du morgon.

"Dans le Rhône, ce sont plus de 500 producteurs qui ont été primés depuis 2010", a indiqué Joseph Giroud, président de la Chambre d’agriculture du Rhône. Principalement décernées à des viticulteurs, les médailles du Concours général agricole constituent une référence et un gage de qualité pour les consommateurs, tant en France qu’à l’international. Danielle Chuzeville, présidente du Conseil général, a au préalable noté la diversité des productions dans le Rhône : viticulture, arboriculture, élevage… Si le Département aide entre autres à l’installation de jeunes agriculteurs et apporte un soutien à la viticulture, "il répond par des aides sectorielles concernant des crises ciblées que traversent l’agriculture comme il y a peu la production de lait de chèvre et actuellement la production de viande", nous a-t-elle confié. Quant à l’arrachage des vignes en Beaujolais, il est actuellement confidentiel.

Œnothèque Rhône-Alpes : une vitrine pour les beaujolais

Les vins du Beaujolais avaient bien sûr leur place au salon. Cette année, ils étaient présentés dans l’espace œnothèque. Créé et animé par la Comité vin Rhône-Alpes, avec le soutien du Conseil régional et de l’Europe, l’œnothèque RA est la maison commune de la filière viti-vinicole. Tous les vignobles s'y retrouvent pour promouvoir la richesse, la diversité, la qualité d'une région de vins. L’occasion pour Hervé, domicilié dans le Val d’Oise, de déguster un brouilly 2013. "Je bois beaucoup de bordeaux, mais quand je veux vraiment me faire plaisir je me tourne vers un brouilly. J’achète régulièrement ce vin à un viticulteur que était venu à la foire de Paris. Tout en ayant du corps, c’est un vin léger. C’est aussi le vin des copains, quand on se retrouve c’est d’abord la bouteille de brouilly qui est sur la table."

Viticulture : première activité agricole du nouveau Rhône

L’œnothèque Rhône-Alpes est chargée de faire la promotion des vins de cette région dont le beaujolais et de l’œnotourisme. "Nous avons pour objectif de devenir la première région œnotouristique de France", confie Manon Maisonnas, qui travaille pour le Comité vin Rhône-Alpes. Une ambition alors que la viticulture représente la première activité du nouveau Département. "40 % de la viticulture beaujolaise va à l’export et représente 0,5 % de la production mondiale", a complété Jo Giroud.

Les visiteurs ont pu déguster le vin rosé aromatisé de Lionel Olivier, installé à Graves-sur-Anse. Il possède entre autres 4 hectares dédiés au rosé. "C’est un marché qui se développe, les gens l’apprécient pour l’apéritif." Pourquoi pas avec un fromage de chèvre de Christophe Geoffray, installé à Saint-Cyr-le-Châtoux ? Ce jeune agriculteur gère un troupeau d’une centaine de chèvres, fait partie d’un magasin de producteurs et fournit une AMAP à Blacé. A côté de lui, Cyrille Chavy (prix d'excellence au concours général agricole 2010), à la tête d'une exploitation de 8 hectares en morgon et 2 hectares en régnié. "Ce salon est l'occasion pour nous de nouer des contacts, c'est un véritable plaisir de faire connaître nos productions." A ce constat, il faut rajouter que le salon de l'agriculture a proposé une nouvelle étape dans la réflexion sur l'univers agricole en abordant les sujets économiques, sociétaux et techniques. Ainsi, la question du réchauffement climatique a été abordée. Un problème qui ne sera pas sans conséquences sur le vignoble beaujolais.

Laurence Chopart

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?