AccueilVILLEFRANCHEA la uneSécurité : ce que disent les chiffres de la délinquance

Sécurité : ce que disent les chiffres de la délinquance

A quelques semaines des élections municipales, nul doute que la sécurité constituera l'un des thèmes incontournables de la campagne à Villefranche.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Avec deux listes estampillées à droite et une à l'extrême-droite, le contraire aurait été étonnant. Dans ce contexte particulier, les chiffres de la délinquance concernant la circonscription de la police nationale (communes de Villefranche, Gleizé, Limas et Arnas) étaient attendus avec impatience. Ils viennent de tomber et peuvent être qualifiés de mitigés.
En 2013, 4?531 interventions ont précisément été menées. En matière d'activité judiciaire, 1?299 personnes ont été mises en cause, aboutissant à 297?gardes à vue.
La délinquance de voie publique a augmenté de 4,7 % (1?271 faits en 2013 contre 1?214 en 2012). Ce chiffre global recouvre des réalités différentes, un bilan contrasté. Du côté des points positifs, les vols avec violences accusent -8?% (62 contre 67), les vols de véhicule -3,5 % (59 contre 61), les destructions et dégradations un encourageant – 15 % (385 contre 463).
Du côté des points négatifs, on retient les +8 % d'atteintes volontaires à l'intégrité physique (564 en 2013 contre 524 en 2012), avec notamment une hausse du nombre de plaintes issues de la sphère familiale. "Il est difficile de déterminer s'il existe plus de faits qu'auparavant ou si les victimes osent davantage porter plainte", note le commissaire Pic.

La guerre aux cambriolages

Mais ce sont les + 14 % de cambriolages (344 en 2013 contre 301 en 2012) qui plombent réellement les chiffres de la délinquance. "Cette hausse demeure inférieure au + 26 % constatés en moyenne en zone police dans le Rhône", nuance le commissaire. Face à ce phénomène d'ampleur nationale souvent relié à des réseaux mafieux issus de pays d'Europe de l'Est, le commissariat de Villefranche essaie de s'adapter, avec ses moyens humains. "Nous avons modifié l'organisation de la sûreté urbaine, avec désormais un enquêteur spécialisé sur le sujet des cambriolages", explique Bertrand Pic. "Cela permet d'organiser des recoupements, de favoriser les échanges d'informations avec les polices municipales ou la gendarmerie." En parallèle, l'activité de police scientifique et technique est encore plus soutenue, avec la recherche systématique d'empreintes et de traces ADN. Résultat, le taux d'élucidation a bondi (13,5 %, contre 7 % en 2012). "Récemment, on a identifié un individu originaire de Géorgie qui se trouvait d'ailleurs incarcéré à Corbas pour d'autres faits", illustre le commissaire. "Et pour dissuader les malfaiteurs, dès que les effectifs le permettent, on occupe le terrain", ajoute-t-il.
Dernier fléau en progression, les infractions financières (+ 18?%) et notamment les arnaques sur internet. "Des individus, souvent basés en Afrique de l'Ouest, profitent de la crédulité des gens pour les appâter par e-mail", souligne le commissaire Pic, appelant à une prudence accrue de la population sur le sujet.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?