AccueilACTUALITESFaits divers / JusticeRumeur d'enlèvement au Perréon : gendarmerie et élus veulent mettre fin à la psychose

Rumeur d'enlèvement au Perréon : gendarmerie et élus veulent mettre fin à la psychose

Un message a tourné via des SMS, e-mails et sur les réseaux sociaux évoquant une tentative d'enlèvement de deux enfants lundi matin.
Rumeur d'enlèvement au Perréon : gendarmerie et élus veulent mettre fin à la psychose
Julien VERCHERE / illustration - Les investigations menées par les gendarmes démontrent que la rumeur serait née d'une méprise.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

Un véritable début de psychose s'est propagé au Perréon et dans les communes voisines depuis lundi. SMS, e-mails, posts Facebook, des centaines d'alertes ont été lancées à propos d'une possible tentative d'enlèvement à l'arrêt du car, le lundi 10 octobre vers 7 h au lieu "La Cochère".

Les messages évoquaient une Renault Mégane grise immatriculée dans la Loire, qui aurait pu tenter d'enlever deux enfants. Le ou les occupants du véhicule aurai(en)t - selon les messages - été dérangé(s) et auraient pris la fuite en direction de Vaux-en-Beaujolais.

"Des vérifications ont été menées, sous contrôle du parquet, plusieurs personnes ont été entendues, et au final il en ressort que c'est vraiment une erreur", indique la capitaine Mercier, de la compagnie de gendarmerie de Villefranche.

"UN SIMPLE MALENTENDU"

Les élus de la commune du Perréon tentent aussi de faire dégonfler la rumeur. "Le père de l'enfant, l'enfant, le témoin et la personne incriminée ont été entendus. Sans entrer dans les détails de l'enquête, il en ressort qu'il n'y a pas eu de tentative d'enlèvement mais un simple malentendu. L'affaire est classée sans suite", peut-on lire sur le site internet du village.

La rumeur serait partie de la commune même du Perréon, dans des circonstances assez troubles. En novembre 2015, une rumeur du même type avait également enflammé les réseaux sociaux, évoquant une tentative de rapt à Saint-Georges-de-Reneins. Là aussi, la gendarmerie avait du rassurer.

Julien VERCHERE

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?