Fermer la publicité

Rétro Foot 2020 : la balade monégasque du quatuor Barty-Assef-Macalou-Valbon

le - - Football

Rétro Foot 2020 : la balade monégasque du quatuor Barty-Assef-Macalou-Valbon
FRANCK CHAPOLARD - la division offensive du GOAL FC en action : le quatuor Barty-Assef-Macalou-Valbon, à la fois buteurs et passeurs, s'est joué des monégasques à volonté.

A l'instant de la trêve hivernale, retour sur les rencontres qui ont marqué cette première partie de saison. Deuxième volet : le récital offensif offert par les attaquants du GOAL FC face à la réserve de l'AS Monaco (6-1), fin septembre en National 2.

Septembre va bientôt s'éteindre. Et le GOAL, au bout de sept journées, s'installe dans la peau de leader d'un championnat qui comme prévu n'est commandé par aucun épouvantail. Entre Toulon, Aubagne, Fréjus-Saint-Raphaël ou Martigues, la bataille pour le National sera un feuilleton long et disputé. En l'emportant largement sur de juvéniles réservistes monégasques (6-1), le GOAL FC souligne son ambition d'une belle couleur automnale et durable.

LE MATCH

Un petit quart-d'heure pour régler la mire et c'est parti ! Ce 26 septembre au stade Giuly, le GOAL FC et les cent-cinquante curieux qui sont dans la tribune Gerard Leroy hument l'air si particulier des jours où tout roule, presque par enchantement. La manière dont Monaco défend, avec toujours un temps de retard dans ses interventions et des erreurs à la relance, indique de grands boulevards dans lesquels les attaquants chasselois vont pouvoir s'engouffrer, à loisir.

Ils sont quatre à se partager ce gâteau-là, à se faire des cadeaux pendant quatre-vingt-dix minutes. Le premier à ouvrir le bal est Barty servi par Assef (1-0, 17e). Et treize minutes après, on inverse les rôles : Barty sert Assef pour le 2-0 (30e). Le tout avec de la vitesse, et le sens de l'appel dans le bon timing. Si Monaco existe un peu avant la pause par le but de Bakali Wawina (42e), c'est surtout parce que le GOAL FC se laisse gagner par la déconcentration. Et Cris l'entraîneur de remettre ses joueurs dans "le match" : "A la mi-temps, en menant 2-1, il a fallu faire preuve de prudence et ne pas paniquer après le but encaissé. En seconde période, on a su se lâcher. C'est important, ça dit des choses sur le caractère des joueurs".

Pour se lâcher, ses joueurs vont vraiment se lâcher, ensuite, devant, dans un désordre organisé. Macalou se mue en passeur pour Barty à 4-1 (72e) et s'offre un doublé aussi (56e et 83e). Valbon, le chaînon manquant au milieu si près des attaquants y va de son but (5-1, 56e). Au final cela donne une belle balade d'un quatuor complice. La note est salée pour Monaco : doublés pour Barty et Macalou, et des guirlandes de passes pour Valbon et Assef, eux aussi buteurs du jour. Il y a des jours où tout se déroule à merveille…

LE JOUEUR

Quand devant c'est le feu, il ne faut pas forcément s'épancher seulement sur ceux qui sont en lumière mais aussi sur ceux qui dans la cave font tourner la machine collective, dans l'ombre. Ce jour-là, c'est la sentinelle Thibaut Le Maître devenu capitaine en l'absence sur blessure (genou) du défenseur Sébastien Faure avant le début du championnat, qui fait la jonction entre toute les lignes dans le 4-1-4-1 préférentiel de son coach Cris.

Il gomme les distances entre les uns et les autres, gratte un paquet de ballons et joue surtout très vite vers l'avant sans une touche de trop. Un suiveur du club aura la bonne remarque à son sujet : quand il joue ainsi, il se rapproche d'un joueur du National du style Sergio. La reconnaissance de son poids dans l'entrejeu du GOAL FC.

L'ANECDOTE

Elle se passe à quelques minutes du début de la rencontre. Les monégasques ont visiblement de quoi être tatillons. En inspectant les surfaces de réparation, ils constatent ce que, peut-être personne n'aurait remarqué : les montants des buts ne sont pas à la bonne hauteur. Ils posent une réserve ne laissant pas d'autres choix à leurs homologues chasselois de sortent bêches et râteaux pour rattraper les trois ou quatre centimètres qui manquaient, en remuant la terre comme on devient jardinier d'un jour imprévu. Jocleyn Fontanel, le président du GOAL FC qui s'est déguisé en Guy Roux pour l'occasion, a de l'humour pour résumer ce moment imprévu : "Cela a dû motiver mes joueurs…On a décaissé les lignes de but puisque Monaco avait posé une réserve. Bien leur en a pris ! Ceci dit, ils n'avaient pas tort."

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer