AccueilACTUALITESEconomiePromens - Les salariés inquiets

Promens - Les salariés inquiets

Une trentaine de salariés de Promens, entreprise qui a brûlé dans la nuit du 8 au 9 avril, était rassemblée mardi soir devant la sous-préfecture de Villefranche.

ACTUALITESEconomie Publié le ,

Depuis le sinistre, les salariés ont un statut qu'il juge "bancal" et ne savent toujours pas quel avenir on leur réserve. "La direction de l'entreprise est en réunion avec la directrice du Pôle emploi et le sous-préfet, et nous voulons savoir quel sera notre sort, souligne un des salariés, monteur-régleur. Nous voulons montrer que nous sommes là et nous allons tenter d'obtenir des informations." Une des déléguées CFDT nous a fait savoir qu'une partie des salariés était tout d'abord en chômage partiel depuis le 10 avril, et ce pendant quarante-deux jours (indemnisés par l'entreprise à hauteur de près de 65 % du salaire), puis en chômage partiel total (indemnisés cette fois-ci par Pôle emploi). "Au bout de cette période, la direction sera obligée de prendre une décision", ajoute la déléguée. "Notre contrat est suspendu, on ne sait pas, ce que cela signifie et s'il y aura une reprise de l'activité. Nous ne savons ce que nous avons droit de faire ou pas, rien n'est défini", ajoute le salarié monteur-régleur.
Cette autre salariée en poste depuis près de trente ans regrette le manque d'informations : "Nous nous réunissons de temps en temps à la Bourse du travail ou dans une autre salle à Villefranche mais aucune information ne nous parvient de la part de la direction". Le second salarié reprend : "On ne sait pas à quelle sauce on va être mangés".
Les délégués syndicaux CFDT ont été reçus par les maires d'Arnas, Gleizé et Villefranche.
Les élus ont promis aux salariés qu'ils contacteraient la direction de l'entreprise.
A l'heure où nous imprimons, nous apprenons que le délai de carence de quatorze jours sera payé aux salariés (délai compris entre la période d'indemnisation de chômage partiel et celle de chômage partiel total).
Nous avons contacté la direction qui n'a pas souhaité communiquer.

Laurence Chopart


* Les salariés nous ont fait savoir que Promens a été racheté par AIAC (groupe américain) qui a appelé les sites en France IP3.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?