Fermer la publicité

Projet de LGV en Beaujolais : une conférence à Villefranche

le - - Territoires

Projet de LGV en Beaujolais : une conférence à Villefranche
(© Franck Chapolard)

Les opposants au projet de la LGV, Paris-Lyon-Orléans Clermont-Ferrand ne lâchent rien.

Ainsi, la coordination des associations du Beaujolais, qui a mis en place récemment un site internet pour exposer le projet et recueillir des avis, organise une conférence sur le thème "Pour ou contre les grands chantiers de la LGV, faut-il sacrifier le pays des Pierres dorées sur l'autel de la grande vitesse". Elle se déroulera jeudi 25 octobre à 20 h au cinéma Les 400 Coups à Villefranche avec Marc Fressoz, journaliste économique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le transport ferroviaire dont "FGV, Faillite à grande vitesse" qu'il dédicacera à la fin de la conférence. Pour Marie-France Rochard, présidente de la coordination des associations du Beaujolais, "c'est l'occasion d'avoir une information d'un journaliste économique sur notre région et d'entendre d'autres voix que les nôtres". Ce sera peut-être aussi l'occasion pour les opposants au projet de revenir sur les récentes déclarations de Michel Mercier, président du Conseil général du Rhône, qui souhaiterait une gare aux Chères. Suite à ces propos, la réaction de Marie-France Rochard ne s'est pas fait attendre. "Sur tout le tracé des 500 km de cette nouvelle ligne, il n'y a que deux gares prévues en tout, déclare-t-elle. Il y a impossibilité absolue d'avoir une gare à Roanne et une autre aux Chères que réclament Michel Mercier. Cette proposition n'est qu'une plaisanterie. D'autant que les calculs de clientèle sont insuffisants pour justifier des arrêts à Roanne (maximum trois par jour et encore non garantis) (…)."
L'association a relevé un article paru dans le Figaro Economie qui spécifie que "le préfet de la région Auvergne, coordonateur du projet du POCL, a annoncé la mise en place d'une nouvelle convention prévoyant des études complémentaires d'une durée d'un an, alors que l'incertitude règne sur sa faisabilité". "Il s'agit d'une nouvelle étape d'environ un an, au cours de laquelle les études et la concertation permettront d'affiner le scénario final", a souligné le préfet lors d'une conférence de presse (…). La coordination des associations du Beaujolais apporte son commentaire : "Plus les collectivités dépensent en études, plus le projet prend de l'importance et le tracé se stabilise…".
Un autre article est paru dans le quotidien Le Monde lundi 8 octobre intitulé "Ces investissements que l'Etat repousse faute de crédits", notre confrère précise également que "des études complémentaires sur la ligne Paris-Orléans-Clermont-Ferrand sont, malgré tout, envisagées".    

Laurence Chopart




Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer