AccueilACTUALITESFaits divers / JusticePrison de Villefranche : un surveillant agressé par un détenu avec une lame artisanale

Prison de Villefranche : un surveillant agressé par un détenu avec une lame artisanale

Le syndicat UFAP-UNSA Justice dénonce "une tentative d'homicide" et demande des moyens supplémentaires à l'administration.
Prison de Villefranche : un surveillant agressé par un détenu avec une lame artisanale
Tony FONTENEAU - L'entrée principale de la maison d'arrêt de Villefranche.

ACTUALITESFaits divers / Justice Publié le ,

C'est une agression particulièrement violente qui s'est déroulée dimanche soir au sein de la maison d'arrêt de Villefranche. Au moment de la distribution des repas au sein du quartier d'isolement, un détenu a attaqué un surveillant pénitentiaire avec une arme artisanale. D'après ses collègues présents sur les lieux, il a reçu plusieurs coups d'un objet tranchant d'environ 20 cm (un morceau de miroir taillé) au niveau de la gorge et du visage.

"Notre collègue a eu plusieurs plaies, 15 cm pour la plus grande, avec un morceau de verre resté dans son cuir chevelu, ainsi qu'une blessure au doigt en attente d'opération", décrit le syndicat UFAP-UNSA Justice dans un communiqué, dénonçant "une tentative d'homicide" et une agression "dans le but évident de le tuer". Un second surveillant a été victime d'une entorse à la cheville.

Une enquête est en cours afin de faire toute la lumière sur cette agression et cerner la personnalité et les motivations du détenu.

"SANG FROID ET PROFESSIONALISME"

Christian Lages, secrétaire local du syndicat, salue la réactivité ainsi que "le sang-froid et le professionnalisme des agents présents", précisément quatre au moment des faits. Il exige au passage "le départ immédiat de cet individu vers une structure adaptée (...) et des sanctions judiciaires à la hauteur de la gravité des faits".

L'UFAP-UNSA Justice attire également l'attention sur le besoin de renforts au sein de l'établissement, évoquant des "mesures préconisées par l'audit de 2017 visant à remettre en place dix surveillants sur l'organe de référence de l'établissement".

Julien VERCHÈRE

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?