AccueilAINAin et Suran : prévenir le risque d'inondations

Ain et Suran : prévenir le risque d'inondations

Une réunion publique initiée par la DDT de l’Ain (direction départementale des territoires) s’est tenue le 14 septembre à la salle des fêtes de Pont d’Ain pour évoquer le risque inondation.
Ain et Suran : une enquête publique est ouverte jusqu'au 22 octobre sur la prévention des risques d'inondation.
© Aletheia Press / C. Dalsbaek - Ain et Suran : une enquête publique est ouverte jusqu'au 22 octobre sur la prévention des risques d'inondation.

AIN Publié le , Pour Aletheia Press, Christel Dalsbaek

Le 14 septembre à Pont d’Ain, la réunion publique sur le projet de plan de prévention des risques (PPR) "inondation de l'Ain et du Suran" a attiré une soixantaine de participants. Preuve de l’intérêt des habitants pour ce projet qui doit remplacer les trois plans de prévention des risques naturels (PPRn) existant actuellement sur les communes de Pont d’Ain, Saint-Jean-le-Vieux et Ambronay.

Un changement d’échelle dû à deux facteurs : une évolution de la réglementation et des progrès techniques et méthodologiques dans la gestion des risques d’inondations.

En effet, les trois PPRn, approuvés entre 2002 et 2007, qui réglementent l’utilisation des sols en fonction des risques d’inondation, ont été mis en révision par l’Etat, ce qui a entraîné une nouvelle étude des aléas.

La cartographie établie à cette occasion sur l’Ain et ses affluents (le Veyron, le Suran, l’Albarine et le Toison) entre le barrage d’Allement et la confluence du Rhône, s’est avérée plus fiable que celle réalisée en 1999. Les nouveaux plans de « zonage » de chaque commune étaient ainsi exposés ce 14 septembre.

Risque d'inondation Ain et Suran : une enquête publique ouverte jusqu'au 22 octobre

Cette réunion publique est également venue lancer la prochaine étape de ce projet lancé en janvier 2019 par arrêté préfectoral. En effet, une enquête publique est ouverte jusqu'au samedi 22 octobre 2022. Pour expliquer le contexte et les étapes à venir, quatre représentants de la DDT : Sébastien Viénot, directeur adjoint, Emmanuel Rault, chef unité préventions des risques, Philippe Combe, chargé d’études, et Stéphane Verthuy, chef de service urbanisme et risques.

L’occasion également de revenir sur l’étude présentée le 1er février dernier. A leurs côtés, Carine Ferrante, commissaire enquêteur nommée par le Tribunal Administratif de Lyon. Elle se tiendra à la disposition des administrés, durant des permanences dans les trois mairies, pendant toute la durée de l’enquête publique et donnera son avis à l’issue de cette période.

Des aides pour les zones les plus exposées au risque inondation

Les zones les plus exposées aux inondations sont classées "rouges" (inconstructible à l’exception de certains types d’aménagements) et « bleues » (constructible sous réserve de respect de règles particulières). A Pont d’Ain, le secteur du Blanchon se trouve ainsi en zone rouge.

Durant cette réunion, les représentants de la DDT de l’Ain ont souligné la possibilité de faire appel au fonds de prévention des risques naturels majeurs (FPRNM), dit "fonds Barnier". Celui-ci soutient des mesures de prévention ou de protection des personnes et des biens exposés aux risques naturels majeurs.

A titre d’exemple, dans ce cadre, peuvent être pris en charge 50 % du cout d’un diagnostic réalisé par une collectivité, 20 % du coût des travaux engagés par une entreprise, 80 % du coût des travaux supportés par un particulier.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?