Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Pont de Trévoux : fin des recherches, l'hypothèse d'un défi privilégiée

le - - Faits divers / Justice

Pont de Trévoux : fin des recherches, l'hypothèse d'un défi privilégiée
Julien VERCHÈRE - Les recherches ont duré trois heures vendredi soir pour tenter de localiser une potentielle victime.

De très gros moyens avaient été déployés vendredi soir afin de retrouver une personne ayant été vue sautant du pont de Trévoux.

Accident ou acte désespéré ? Peut-être finalement ni l'un ni l'autre, et sans doute une conclusion heureuse à une affaire qui a mobilisé d'importants moyens de secours vendredi 22 mai en soirée à Trévoux.

"Les recherches ont été levées ce samedi. Aucun corps n'a été découvert dans la Saône ni sur les berges, malgré trois heures de recherches intenses jusqu'à 22 h 30", souligne-t-on ce samedi à la compagnie de gendarmerie de Trévoux. "Et personne n'a signalé de disparition inquiétante. Nous sommes sans doute en face d'un défi, avec un sauteur qui aurait regagné la rive à la nage, mais sans avoir été repéré sortant de l'eau."

Vendredi vers 19 h 30, un témoin a aperçu un individu d'apparence jeune - sans doute un adolescent - se jeter dans la Saône depuis le haut pont reliant l'Ain au Rhône, entre Trévoux et Quincieux. Sans que personne sur les lieux ne puisse affirmer avoir vu une personne ressortir des eaux de la rivière.

NEUF PLONGEURS, DES CHIENS ET UN SONAR

Un message d'alerte suffisant pour déclencher un important dispositif de secours, avec plus d'une trentaine de pompiers engagés sur les lieux dont neuf plongeurs, trois vedettes nautiques en appui, l'utilisation d'un sonar et le recours à des chiens spécialisés dans la recherche de corps sous l'eau.

"Le témoin est revenu sur les lieux, il est formel quant au saut depuis le pont. Le déploiement d'un tel dispositif, finalement heureusement en vain, permet d'avoir la quasi certitude que la personne est bien ressortie de l'eau", précise un gradé de la compagnie de gendarmerie de Trévoux.

UNE PRATIQUE EXTRÊMEMENT DANGEREUSE

Les sauts depuis les ponts sur la Saône constituent une pratique ancienne et évidemment interdite. De nombreux drames se sont déjà déroulés entre Mâcon et Lyon.

"Un cas similaire s'était produit l'an dernier à Jassans-Riottier. Il faut que les personnes - souvent jeunes - qui peuvent se livrer à ce type de saut comprennent que c'est extrêmement dangereux. Hier, les plongeurs ont repéré un vélo et une carcasse de voiture à l'aplomb du pont de Trévoux. Outre le risque de blessure en plongeant d'aussi haut, il faut imaginer qu'il peut y avoir des objets qui peuvent être heurtés sous la surface", sensibilisent les gendarmes.

Sans compter les frais engagés inutilement par la collectivité pour procéder à une opération de secours.

Julien VERCHÈRE




Julien VERCHERE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer