AccueilAINPont de Fleurville au nord de Mâcon : le tribunal administratif de Lyon ordonne la suspension du projet

JUSTICE Pont de Fleurville au nord de Mâcon : le tribunal administratif de Lyon ordonne la suspension du projet

Le Tribunal administratif de Lyon a rendu en fin de semaine dernière sa décision confirmant la suspension de la construction du pont de Fleurville, baptisé pont Jacques-Chirac, qui doit relier les départements de l'Ain et de la Saône-et-Loire.
Pont de Fleurville au nord de Mâcon : le tribunal administratif de Lyon ordonne la suspension du projet
© DR - Les travaux du pont de Fleurville, dit pont Jacques-Chirac, de nouveau suspendus.

AIN Publié le , Jean-Marc PERRAT

Le Tribunal administratif de Lyon a rendu en fin de semaine dernière une décision très attendue. Il a confirmé la suspension de la construction du pont de Fleurville, baptisé pont Jacques-Chirac, qui reliera les départements de l'Ain et de la Saône-et-Loire au nord de Mâcon. Une victoire pour les opposants au projet.

Cette décision motivée par le souci de préserver de préserver l'habitat d'espèces protégées, provoque à la fois l'arrêt des opérations lancées sur les bords de la Saône, non loin de Pont-de-Vaux suite à l'arrêté inter-préfectoral du 28 juin 2021, et la colère des deux Conseils départementaux.

Dans un communiqué, les deux Conseils départementaux déclarent "prendre acte de cette décision de justice qui aura des répercussions importantes sur la vie des habitants des deux territoires".

Selon Guy Billoudet, vice-président du Département de l'Ain en charge des routes et de la mobilité,  "le projet repose d'abord sur un constat partagé par tous : le pont actuel, construit en 1899, ne permet plus une circulation des habitants et des marchandises en toute sécurité. Il peut d'ailleurs être fermé à tout instant si la situation devait se dégrader."

Un investissement de 21,6 millions d'euros

Cet avis est partagé par le Département de Saône-et-Loire qui estime pour sa part que "cet investissement de 21,6 millions d'euros est un enjeu majeur pour le territoire, à la fois pour des raisons de flux économiques et touristiques car il s'agit du seul ouvrage de grande capacité entre Mâcon et Tournus, mais aussi pour les deux bassins de vie de Fleurville et de Pont-de-Vaux."

Les élus des deux Conseils départementaux mettent encore en avant au sujet de la protection de l'environnement mis en avant par le Tribunal administratif de Lyon, que "les espèces protégées, qui font l'objet d'une dérogation, seraient fortement impactées par le projet porté par l'association qui consiste à réhabiliter l'ancien ouvrage avec un nouveau tablier."

Pourvoi en cassation pour l'Ain et la Saône-et-Loire

En revanche, avancent-ils, "le projet de nouveau pont aurait des effets environnementaux très positifs à la fois sur la Saône (restitution du lit mineur permettant la diminution des crues, préservation de la continuité faune et flore, reconstitution des berges…), sur les transports avec la création d'une liaison modes doux, sur la diminution des gaz à effet de serre grâce à une fluidification du trafic…"

Les deux collectivités ont donc décidé de se pourvoir immédiatement en cassation auprès du Conseil d'Etat. Les travaux n'en sont pas moins suspendus pendant la procédure.

 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?