AccueilACTUALITESCultureFouilles archéologiques de la Place du Promenoir : plongée au cœur de l'histoire caladoise

Fouilles archéologiques de la Place du Promenoir : plongée au cœur de l'histoire caladoise

Avant de devenir une place en 1771, le Promenoir de Villefranche faisait partie d'un vaste cimetière paroissial, dont les fouilles archéologiques actuelles révèlent peu à peu les secrets.
Fouilles archéologiques de la Place du Promenoir : plongée au cœur de l'histoire caladoise
©Zoé Besle - Les sépultures retrouvées sont principalement individuelles et s'étalent sur six siècles.

ACTUALITESCulture Publié le ,

Avant de devenir une place en 1771, le Promenoir de Villefranche faisait partie d'un vaste cimetière paroissial, dont les fouilles archéologiques actuelles révèlent peu à peu les secrets.

"Nous avons ici des traces d'une histoire qui n'existait que dans les livres". C'est par ces mots que Benjamin Solly, directeur de cabinet du maire et directeur de la communication à la mairie de Villefranche-sur-Saône, décrivait les différents vestiges et ossements découverts dans les entrailles du Promenoir.

Une découverte fortuite, effectuée lors des travaux de terrassement projet de parking souterrain prévu à cet endroit, en février 2021, a rebattu les cartes du chantier, passé pour un temps de l'aménagement à l'archéologie. À la suite de cette trouvaille, une première fouille d'office, prescrite et mise en œuvre par l'État, avait eu lieu entre mai et juin 2021.

Elle avait permis de définir l'extension et l'amplitude de cette occupation funéraire. Avant l'existence de la ville de Villefranche, un petit bourg existait à cet endroit, autour de l'église Sainte-Marie-Madeleine, aujourd'hui disparue et dont l'emplacement est incertain.

Autour de ce lieu de culte, un cimetière paroissial s'est développé du Moyen-Âge à l'Époque contemporaine, du XIIe au XVIIIe siècle. Après cette expertise, le projet de parking a été revu, passant de 189 à 141 places. La fouille actuelle du cimetière, débutée le 13 juin 2022, se concentre sur sa partie occidentale et devrait s'achever en fin aout ou début septembre, avec une reprise des travaux du parking prévue en décembre 2022.

Promenoir Villefranche : différentes pratiques funéraires identifiées

Les sépultures retrouvées sont principalement individuelles et s'étalent sur six siècles. "C'est une vraie chance de pouvoir travailler ici ; on en apprend plus sur l'histoire du faubourg sud de Villefranche et cela nous permet de croiser les archives et les vestiges que nous trouvons", commente Yves Gleize, responsable de recherches archéologiques du site sur lequel les fouilles sont menées par l'Institut national de recherches archéologiques (Inrap).

Les densités de personnes enterrées et les pratiques funéraires varient selon les zones du cimetière : "On a par exemple une moyenne de 4 inhumations par m2 au sud du site contre 2 inhumations par m2 au nord ; le fonctionnement a donc évolué au fil des siècles", commente Yves Gleize.

Sont enterrés des corps avec des épingles les entourant, signe qu'un linceul les enveloppait, mais aussi des clous et des planches, attestant de la présence de cercueils. Les datations au carbone 14 témoignent de l'utilisation disparate de l'espace du lieu selon les époques : les cercueils sont ainsi concentrés dans la partie nord du chantier et datent du XVe ou du XVIe siècle, tandis que les linceuls sont au sud et plus anciens.

Lancer le diaporama46 photos

Peu d'objets ont été retrouvés, contrairement aux fouilles conduites au cimetière des Cordeliers - elles aussi par Yves Gleize – en 2006, lors desquelles des objets de piétés tels que des chapelets étaient présents. Des différences intéressantes à comparer dans la mesure où les deux cimetières couvrent les mêmes périodes.

Pour effectuer leurs fouilles les archéo-anthropologues - six étaient présents sur le site le 20 juillet, avant les visites ouvertes au public du lendemain – utilisent des objets variés : pinceaux, aspirateur, outils de dentistes font partie de leur attirail.

Si peu d'objets ont été trouvés, plusieurs dizaines de bouteilles de vin datant de la première moitié du XIXe siècle sont sorties des entrailles du Promenoir, tout comme deux pièces retrouvées dans la main d'un enfant et d'un adulte enterrés. Une fois terminées, les fouilles et la mémoire du Promenoir seront restituées via une chronologie dans deux algecos présents sur la future place, que les Caladois pourront visiter pour plonger dans l'histoire de la cité.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?