Fermer la publicité

Philippe Terrier : "Si on peut maintenant aller chercher le Graal..."

le - - FCVB

Philippe Terrier : "Si on peut maintenant aller chercher le Graal..."
© Franck Chapolard - Philippe Terrier samedi soir, quelques secondes avant le coup de sifflet final, attendant de foncer sur la pelouse.

Après le carton final face au SC Lyon (5-1) et la validation du billet pour le barrage d'accession pour la Ligue 2, le président du FC Villefranche Beaujolais savoure le moment. Tout en rêvant désormais d'aller au bout de l'aventure.

Heureux comme un gamin et fier de ses troupes. A peine le coup de sifflet final donné, Philippe Terrier s'est précipité sur la pelouse pour féliciter les joueurs et l'ensemble du staff, empoignant le micro pour exprimer tout haut sa joie immense de voir le FCVB accéder au barrage d'accession pour la Ligue 2.

Et si la déléguée de la FFF demandait au speaker de baisser le ton d'une sono en mode festif, il en fallait plus pour gâcher des moments qui resteront gravés dans la mémoire d'un président retrouvé quelques minutes plus tard encore haletant dans les travées d'Armand Chouffet.

"Le scénario de la soirée a été idéal. On a assez rapidement mené 2-0 et les résultats des autres équipes nous étaient favorables à la mi-temps. Le mental était de notre côté", savourait Philippe Terrier, déjà comblé par le parcours du FCVB cette saison.

Le film du match à revivre

"J'aurais tellement voulu qu'il y ait nos supporters au stade mercredi prochain"

"L'objectif est complètement atteint, la mission est remplie. Si on peut maintenant aller chercher le Graal, ce sera incroyable pour nos supporters, nos sponsors...", sourit le président caladois, plutôt confiant avant la double confrontation face à Niort. "Les joueurs sont dans une bonne dynamique, dans le bon état d'esprit, sans prise de tête. Ils restent concentrés, sérieux, sans euphorie excessive."

Seule ombre au tableau, l'absence de public au stade Armand-Chouffet pour venir pousser les joueurs d'Hervé Della Maggiore. "Notre grand désespoir, c'est le fait qu'il n'y aura personne le 19 mai au stade. J'avais tellement espéré faire plaisir à nos supporters, à nos partenaires... Quand je vois les SMS qui s'accumulent, on sent qu'il se passe quelque chose, qu'on porte aussi un peu l'image de la Calade et du Beaujolais", délivre Philippe Terrier.

Lancé dans la dernière ligne droite, le FCVB sait qu'il peut compter sur le soutien de toute une région. Une force, même à distance.




Julien VERCHÈRE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer