Fermer la publicité

Pass sanitaire dans les cinémas : "Comment va-t-on faire pour le mettre en pratique ?"

le - - ACTUALITES

Pass sanitaire dans les cinémas : "Comment va-t-on faire pour le mettre en pratique ?"
Wikimedia commons

Dès le 21 juillet, le pass sanitaire sera exigé dans de nombreux lieux accueillant du public, à commencer par les cinémas.

Seize mois après le début de la crise, les cinémas ne voient pas encore le bout du tunnel. Il faut dire qu'avec l'extension du pass sanitaire dès le 21 juillet, ils ont subi un nouveau coup dur. "Nous sommes très inquiets de la mise en pratique de ces mesures dans une petite structure telle que la nôtre, expliquait, en début de semaine, Benoît Capello, directeur du cinéma La Passerelle à Trévoux. En effet, en période estivale, nous sommes en équipe réduite. Caisse, projection et accueil du public sont souvent assurés par une seule personne."

Mais le professionnel a finalement opté pour une jauge à... 50 personnes. "De cette manière, avec un nombre réduit de spectateurs, la loi nous dispense de contrôler les pass sanitaires. Le port du masque reste obligatoire dans l'ensemble des espaces du cinéma, y compris lorsque vous êtes assis dans la salle pour assister à une projection. La distanciation sociale (un siège entre les spectateurs ou les groupes de spectateurs) est également à respecter."

"Profondément discriminatoire"

La Fédération nationale des cinémas français (FNCF) a également réagi à ces annonces : "Si l'objectif d'un pass sanitaire généralisé, qui permet d'éviter la refermeture de nombreux lieux, est une décision parfaitement compréhensible, son application précipitée et limitée aux seuls lieux de culture et de loisirs pendant plusieurs semaines est en revanche profondément discriminatoire. (...) La Fédération envisage donc toutes les hypothèses, notamment celle de contester devant le Conseil d'Etat le caractère discriminatoire d'une mesure qui ne s'applique dans un premier temps qu'au secteur culturel alors qu'elle devrait être mise en œuvre en même temps dans tous les domaines économiques et dans un délai suffisant pour permettre de s'organiser. D'autres organisations du cinéma et du spectacle mènent la même réflexion."




Tony FONTENEAU
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer