AccueilVILLEFRANCHEA la unePascal Ronzière : "Pourquoi je suis candidat"

Pascal Ronzière : "Pourquoi je suis candidat"

Quelles sont les raisons qui vous poussent à présenter votre candidature aux municipales ? "Je présente ma candidature dans la continuité de l'engagement politique qui est le mien dans cette ville depuis longtemps et notamment en tant que conseiller municipal de l'opposition depuis 2001.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Quelles sont les raisons qui vous poussent à présenter votre candidature aux municipales ?

"Je présente ma candidature dans la continuité de l'engagement politique qui est le mien dans cette ville depuis longtemps et notamment en tant que conseiller municipal de l'opposition depuis 2001. Je continue de penser que les Caladois méritent mieux que la politique municipale actuelle qui pour moi n'est pas à la hauteur des enjeux. Elle ne l'est pas dans plusieurs domaines : celui de l'emploi et du développement économique. Je pense que la constitution de la métropole de Lyon va changer la donne et qu'il y a un vrai risque d'isolement de Villefranche et du Beaujolais par rapport à cette réforme territoriale. Notre avenir, contrairement à ce que pense M. Perrut, n'est pas avec Tarare, il est dans la construction d'un vrai partenariat avec la future métropole de Lyon. "On assiste au bétonnage de la ville" Nous avons des zones sur lesquelles on peut accueillir de nouvelles entreprises. Je tiens à ce que l'on travaille sur ce sujet-là en lien avec les acteurs de l'agglomération lyonnaise. Les Caladois ne veulent plus revivre le mensonge de l'implantation d'IKEA, ses deux mille emplois jamais créés. Elu maire, je veux mobiliser toutes les énergies pour faire de notre ville un territoire attractif, entreprenant et inventif. La deuxième préoccupation concerne l'urbanisme. Aujourd'hui, nous assistons à un véritable bétonnage de la ville avec peu de souci d'esthétique et de cohérence urbaine. Je suis favorable à un développement plus équilibré. Les nouveaux habitants de la Calade ne recherchent pas uniquement un logement mais une qualité et un cadre de vie.

Que restera-t-il des espaces verts, des jardins et du patrimoine architectural lorsque tout sera bétonné??

Le troisième thème est celui de la sécurité. Il y a trop de laxisme." Il y a pourtant des moyens… "Effectivement, les moyens ont été renforcés, je pense notamment à la police municipale et au nombre de caméras de vidéosurveillance. Ces moyens, il faut les utiliser. Il y a des situations inacceptables?: des personnes âgées n'osent pas sortir de chez elles dans certains quartiers. C'est le fait de petits groupes qui sont minoritaires. Il faut mettre en place une vraie politique de sécurité puisque nous en avons les moyens." C'est également une mission de l'Etat… "Une mission que l'Etat n'assure pas complètement, quel que soit le gouvernement. Progressivement on a vu se développer dans toutes les villes de France des polices municipales pour suppléer cette carence de l'Etat."

La sécurité est votre donc votre première priorité ?

"Oui, c'est un thème que je priorise. Je ne vois pas pourquoi on laisserait ce thème au Front national qui propose des solutions inapplicables qui utilisent des arguments faciles et simplistes."

Economie et emploi ou sécurité d'abord ?

"Sécurité, emploi, urbanisme et nouveaux services à la population sont les quatre thèmes principaux. Je pense qu'il faut qu'on innove dans ces domaines. Cela fait un quart de siècle que Bernard Perrut est aux manettes, il a été adjoint pendant des années avant d'être maire. C'est le moment de tourner la page."

Présentez-vous réellement des différences profondes avec Bernard Perrut ?

"Je fais partie d'une nouvelle génération, je ne gagne pas ma vie grâce à la politique, je n'ai pas le même profil. Un maire doit avoir une vision, je ne connais pas celle de M. Perrut. Un maire doit faire travailler les gens ensemble, et de la concertation on n'en a pas vu pendant ce mandat. Face à une approche dépassée de la politique, j'entends apporter un souffle nouveau. Cela dit, je n'ai pas de problèmes personnels avec M. Perrut, je le respecte et j'en attends autant de sa part." "Ma liste dévoilée fin février"

Politiquement où vous situez-vous ?

"Mes valeurs sont celles de la Droite et du Centre. Je n'appartiens à aucun parti politique. Dans mon équipe, il y a des gens qui sont engagés dans des partis politiques de la Droite et du Centre : à l'UMP, à l'UDI ou au MODEM et une majorité de personnes qui n'appartiennent pas à un parti."

N'est-ce pas gênant de ne pas avoir une étiquette politique??

"J'ai des convictions. Les partis politiques sont tellement décrédibilisés aujourd'hui, je ne suis donc pas sûr que ce soit un atout d'avoir une étiquette collée dans le dos."

Allez-vous intégrer un parti politique ?

"Non je n'en ai pas l'intention. Je tiens beaucoup à ma liberté de parole et d'actions. Malheureusement je me rends compte que ce principe de liberté est incompatible avec l'appartenance à un parti politique." N'avez-vous pas peur d'être celui qui aura fait perdre la Droite localement ? "Non, je ne crois pas qu'on puisse présenter les choses de cette façon. Je veux proposer un autre choix entre M. Perrut, la liste menée par le Front de gauche de Mme Lebail et le Front national."

Où en êtes-vous dans la formation de votre liste ?

"Elle est actuellement en cours de constitution. Je n'aurai pas de difficultés à la compléter. Elle sera dévoilée à la fin du mois de février. Tout ce que je peux dire pour l'instant, c'est que Daniel Lièvre sera présent à mes côtés. Je lui ai demandé de prendre en charge les questions liées à la sécurité, un domaine dans lequel son expérience professionnelle représente un atout. Il a accepté, j'en suis très heureux." La bataille va être difficile, peu d'observateurs vous imaginent gagnant… "Je sais très bien que je ne suis pas le favori, mais je suis le meilleur challenger. C'est à moi de convaincre les Caladois que je suis le seul capable de battre M.?Perrut. Je suis déterminé. Le jeu est beaucoup plus ouvert qu'on ne le croit, avec encore beaucoup d'inconnues. La composition des listes n'est pas encore rendue publique, d'autres peuvent arriver."

Quelle sera votre stratégie de campagne ?

"Ce sera une campagne modeste. Nous défendons avant tout l'idée d'une grande proximité : aller au-devant des gens avec des permanences dans les quartiers. Je suis déjà sur le terrain. Le 13 janvier, lors de la cérémonie des vœux, je donnerai les premières orientations de mon programme."

Propos recueillis par Laurence Chopart et Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?