AccueilVILLEFRANCHEA la uneParkings souterrains : pourquoi ils coûtent cher à la ville

Parkings souterrains : pourquoi ils coûtent cher à la ville

Un tranquille espace vert en surface et un grand espace vide en souterrain, le parking Boiron a toujours de la place à disposition.

VILLEFRANCHEA la une Publié le ,

Sur les six niveaux - accessibles par escalier, ascenseur et voiture - les trois derniers sont quasiment vides. Plus on descend, plus on trouve de places libres !

Si l'exact montant de ces sommes varie selon les années, en fonction des recettes notamment, elles étaient prévues et sont payées annuellement depuis la création de ces espaces. Soit depuis 2002 pour Boiron et 1997 pour Chasset. Ces subventions versées par le conseil municipal visent principalement à rembourser les emprunts effectués pour la construction. Des dépenses décrites comme prévues et non problématiques, mais à laquelle des solutions sont cherchées. Il reste à payer 2,38?millions d'euros pour Boiron et 837?000?euros pour Chasset.

Les deux sites connaissent une fréquentation très modérée. Daniel Banck, adjoint à l'aménagement et à la gestion de l'espace urbain, l'explique par diverses autres mesures qui ont été prises. En 2010, des parcs clos sont mis en place. Des espaces de surfaces auparavant gratuits, comme le parc des Ursulines à quelque 300 mètres de Boiron.

"On ne pensait pas qu'il y aurait un tel succès des parcs clos, décrit l'adjoint à la mairie de Villefranche, on a pu observer à mesure de l'augmentation de la fréquentation de ces parcs, la baisse de celle des parkings souterrains." D'autant plus que ces espaces en surfaces profitent de tarifs très préférentiels pour les résidents de la zone et offrent une première heure gratuite (contre 30 minutes aux parkings souterrains). Des mesures ont aussi été prises pour améliorer le stationnement sur la voirie.

Daniel Banck observe que "les gens cherchent d'abord à se garer dans la rue, puis dans les parcs de surface et seulement après dans les parkings souterrains". Selon ce raisonnement, la piste qui sera explorée pour augmenter la fréquentation est celle de l'attractivité de ces sites. "Grâce aux conditions générales, rendre plus attractifs les souterrains", c'est en ce sens qu'iront principalement les propositions de solutions qui seront soumises au conseil municipal en juin. Sur une éventuelle hausse des tarifs, l'élu informe que "toutes les possibilités sont envisageables", mais évoque des coûts de stationnements à Villefranche comme ceux des "plus bas de France".

En guise de solution, un projet de privatisation des parkings souterrains de Boirron et Chasset avait été proposé. L'appel d'offre lancé n'avait finalement pas abouti. Pour cause : les éventuels acquéreurs souhaitaient s'emparer également du stationnement en surface.

Loïs Richard

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?