AccueilSPORTSCyclismeParis-Nice : Brouilly n'était pas si terrifiant

Paris-Nice : Brouilly n'était pas si terrifiant

Le mont Brouilly comme lieu d'explication des favoris de Paris-Nice.

SPORTSCyclisme Publié le ,

Des allures de col d'un grand Tour. Des allures seulement. Mais qui demeure une attraction pour le public beaujolais, amateur de vélo. Ce mercredi 12 mars il fallait donc s'y rendre et voir ce qu'il en dit. Ce qui frappe en premier, c'est l'étroitesse de la route qui mène à la fameuse chapelle. C'est un peu la France du sport qui se mélange au local. Exemple, ce couple de retraités, bâton de marcheur à la main dans une épingle près des vignes. A proximité, un fan de basket, maillot de Nanterre sur le dos, bouquine. Une convivialité aussi. Un vigneron offre son cru à un couple de luxembourgeois venu découvrir le Beaujolais. Une heure avant les premiers coureurs, les cyclistes des clubs du coin s'attaquent au mont Brouilly. Ils viennent de Trévoux, Belleville, Charnay ou Villefranche. Quelques-uns finiront à pied, à quelques mètres du sommet.

La caravane est passée

Avant, dans les bois, il y a ce passage à 25?% redouté des meilleurs. "Quand on était gamins on s'y rendait à pied, c'était autre chose", dit un ancien bavardant avec un spectateur au bord d'un précipice, tablette en main, pour suivre l'étape à la télé. Le point de vue au sommet de cette colline donne à chacun l'occasion de jouer aux devinettes. "Ils arrivent." Le bruit d'un hélicoptère et des motards confirment cette vision. Le peloton est regroupé, à Saint-Lager. 4 km plus loin, éparpillé, il passe en un éclair. Brouilly n'est finalement pas si terrifiant. Furtivement, on distingue quelques Français dont Dumoulin (AG2R), bien positionné qui le soir à Belleville occupera la 5e place au général. En quatre petites minutes, c'est fini. En redescendant, on aperçoit l'hélicoptère en direction de Belleville. La caravane est passée. Tom-Jetle Slagter (Garmin) franchira la ligne en vainqueur devant Geraint Thomas (Sky) qui prendra le maillot jaune. Brouilly à cet instant n'est déjà plus qu'un souvenir.

Ralph Neplaz
Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?