Fermer la publicité

Nicolas de Tavernost, Dombes et de lumières

le - - Economie

Nicolas de Tavernost, Dombes et de lumières

Le natif de la Calade, qui devrait prendre la tête du futur géant des médias, né de la fusion de M6 et TF1, reste un amoureux dela terre de ses ancêtres, l'Ain. Retour sur le portrait que nous lui avions consacré en février dernier.

En 34 années à M6, dont plus de 20 en tant que président du directoire, il en aura vue passer du monde. Et encaissé des critiques. Pourtant, à 70 ans, lui n'a jamais bougé. Toujours ce regard bleu perçant, cette silhouette altière et surtout cette fidélité à l'ex-petite chaîne qui monte, ancienne boîte à clips devenue laboratoire cathodique avant d'être aujourd'hui une valeurs sûres du PAF français. Certes Nicolas de Tavernost ne plaît pas à tout le monde. Sa longévité dérange (NDLR : il devait rester président du directoire de M6-RTL jusqu'en 2022 au moins et va, donc, prendre la direction du groupe TF1-M6). Son franc-parler aussi. Mais pas certain que cela le perturbe.

Ce caractère à l'épreuve des balles, c'est peut-être du côté du Val de Saône qu'il se l'est forgé. Là où sont ses racines. "Même si mes ancêtres étaient des drapiers de Thizy, ma famille a assez vite franchi la Saône, indique Nicolas de Tavernost. L'un d'eux a même été président du parlement des Dombes à Trévoux." De la noblesse de robe qui s'est vite fixée à Francheleins, sur le domaine de Vataneins. "On y a d'ailleurs exploité du vin. Bon, on ne pouvait pas dire que c'était de la qualité. Mais il avait de la couleur…"

Le latin à mobylette

Malgré Bordeaux, Paris, l'administration, la Lyonnaise des eaux puis M6, dès 1987, Nicolas de Tavernost n'a jamais oublié la Dombes. "C'est ici que j'ai certainement le plus de souvenirs, précise le futur boss de TF1-M6, toujours propriétaire du château familial. Quand j'étais plus jeune, pour les vacances de Pâques et d'été (NDLR : la famille a très vite quitté le val de Saône pour Bordeaux), on revenait pour les récoltes, on faisait les foins, les vendanges…"

Dans la boîte à souvenirs de Nicolas de Tavernost, il y a aussi une place pour un certain monsieur Perrut, Francisque de son prénom, ex-édile caladois. "J'ai pris des cours de latin avec lui l'été. J'y allais en mobylette. Mais pour être très honnête, je n'aimais pas beaucoup ça, même si j'appréciais l'homme."

Vatareins le "kibboutz" familial

Aujourd'hui, les allers-retours entre Paris et la Dombes sont toujours le lot de Nicolas de Tavernost qui, à 70 ans, n'a rien perdu de l'affection qu'il porte pour le territoire. "A mon mariage, j'ai repris la propriété de famille de Vataneins. On y a passé beaucoup de temps à peindre, gratter… Pour la remettre en état. Et j'y retourne au moins deux semaines sur trois", avoue celui qui est devenu administrateur de GL Events. "Ce qui fait qu'aujourd'hui, je suis supporter du LOU (NDLR : propriété de la société d'évènementiel)." Mais pas de l'OL. "Dans une autre vie, j'ai été patron des Girondins de Bordeaux et je n'ai pas oublié l'arbitrage lors du quart de finale de Ligue des champions contre les Lyonnais en 2010", indique-t-il avec une certaine malice.

A deux ans d'une probable retraite — ses plans ont, depuis, changé —, Nicolas de Tavernost avoue bien se voir couler des jours paisibles sur la rive gauche de la Saône. "Peut-être pas à plein temps. Mais j'y reviendrai encore plus qu'aujourd'hui, pour me poser. Avec mes proches. Vataneins c'est un peu un lieu de rassemblement pour la famille. Notre kibboutz à nous." Et un havre de paix pour celui qui, sans chauvinisme aucun, fait de la Dombes "la plus belle des régions hexagonales". "Les paysages sont magnifiques, on trouve des gens qui travaillent, sans faire de bruit, mais qui n'oublient pas de vivre. Et ça, ça me plait."

Tony Fonteneau




Tony FONTENEAU
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide