AccueilVILLEFRANCHEÇa bouge dans l'aggloMontmelas : ouverture culturelle et découverte de la langue arabe dès le primaire

Montmelas : ouverture culturelle et découverte de la langue arabe dès le primaire

Après une première initiation le lundi 9 janvier, les élèves de cycle 2 de Karine Dubessy vont continuer d'apprendre la langue arabe le 16.
Les élèves ont pu écrire leur prénom de droite à gauche.
©Valérie Blet - Les élèves ont pu écrire leur prénom de droite à gauche.

VILLEFRANCHEÇa bouge dans l'agglo Publié le , Valérie Blet

Cette intervention est rendue possible grâce au concours du papa d’une élève, Mustapha Tesrif, également professeur d'arabe à la Faculté de Lyon II.

Une occasion idéale pour l’enseignante, convaincue du bénéfice du travail des langues dès le plus jeune âge pour le cerveau "avant que l’oreille ne commence à se fossiliser et de la nécessaire découverte jeune, pour attiser l’envie". Une première séance qui a ravi les dix-sept élèves de CP-CE1, effectivement plutôt décomplexés pour écouter, mémoriser et surtout s’exprimer et répéter une langue pas évidente à prononcer.

"En arabe, les consonnes ne s’écrivent pas de la même façon selon qu’elles sont placées en début, milieu où à la fin d’un mot", explique Mustapha Tesrif, qui a enseigné du CP à la 6e au Maroc auprès de jeunes arabophones.

"Pour traduire cette complexité ici, j’ai utilisé un abécédaire adapté. L’alphabet arabe compte 28 lettres, avec deux lettres supplémentaires emphatiques, communes aux langues sémitiques. Les élèves de 6, 7 ans, ont pu ainsi écrire leur prénom, de droite à gauche, puis aborder les nombres, compter de 1 à 10 à l’aide d’une chanson, découvrir et reconnaître des mots à travers un conte…J’axerai la prochaine séance sur la culture arabe, les pays où on le parle, les mots emprunts à l’arabe, les plats, les instruments et les musiques, l’art à travers les motifs d’une mosaïque ornementale (zellige).

Je reviendrai une 3efois pour faire de la calligraphie arabe avec des calames adaptés à l’écriture cursive - nashk i- plus arrondie que l’écriture koufiq ; la calligraphique étant très répandue dans les arts de l’islam, la littérature et la poésie", se réjouit l’intervenant de cet échange.

Un apprentissage complétant une première initiation

"Mes élèves avaient entendu et approché la langue arabe avec une stagiaire Nora, il y a deux ans, à travers des comptines et la calligraphie de leur prénom, complète Karine Dubessy. Quatre élèves sont d’origine maghrébine et connaissent le dialecte. C’est une chance, dès cet âge de pouvoir ouvrir les enfants à d'autres langues, d'autres cultures".

Une séance également rythmée par la lecture d’un conte, à deux voix La bonne purée, extrait de Mahboul le sage et autres contes marocains, d’Halima Hamdane avec l’enseignante et l’intervenant pour le dialogue en arabe. "C’était mon moment préféré", confie Shahin, tandis que Romane a remarqué que le R se prononçait différemment et que tous ne s’essayent joyeusement à l’oral aux R roulés ! Une sélection d’ouvrages issus de la médiathèque Pierre Mendès-France de Villefranche, empruntés pour la classe permet également à chacun d’aller plus loin dans sa curiosité et soif de découverte.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 février 2023

Journal du02 février 2023

Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?