AccueilACTUALITESEconomieMission locale Villefranche Beaujolais : 264 Contrats d'Engagement Jeune signés depuis mars

Mission locale Villefranche Beaujolais : 264 Contrats d'Engagement Jeune signés depuis mars

La Mission locale accompagne les jeunes dans leur parcours d'insertion professionnelle et sociale. Le CEJ et l'obligation de formation pour les 16-17 ans sont deux dispositifs entrés en vigueur cette année. Le point avec Ouardia Chikh, directrice.
Ouardia Chikh, directrice de la Mission locale Villefranche Beaujolais.
Ouardia Chikh, directrice de la Mission locale Villefranche Beaujolais.

ACTUALITESEconomie Publié le ,

Quel est actuellement le profil des jeunes inscrits et accompagnés par la Mission locale ?

"Les jeunes de 16/25 ans sortis du système scolaire constituent le public cible de la Mission locale. Nous avons observé, en ce qui concerne l'année 2021 une situation qui se renforce en 2022, avec une baisse du nombre de jeunes en contact avec la Mission locale, mais une augmentation des jeunes en accompagnement renforcé. En effet, le marché de l'emploi a repris de façon importante. Nous observons un taux de chômage inférieur à 5 % sur l'arrondissement de Villefranche (soit le nord du département). De nombreux secteurs d'activités sont en tension. Ils ont des difficultés à trouver des candidats qui leur conviennent. Il s'agit des métiers de la métallurgie, du bâtiment, de ceux d'aide à la personne, la petite enfance, l'hôtellerie/restauration, les transports etc. Ainsi, les jeunes diplômés, qui ont acquis de l'expérience dans tous ces métiers, trouvent plus facilement du travail par rapport à l'année précédente. Les jeunes non diplômés qui ont besoin ou envie de travailler peuvent également trouver des opportunités. Par conséquent, les jeunes que nous recevons actuellement sont ceux qui s'avèrent être les plus éloignés de l'emploi et de la formation. Ils ont des difficultés personnelles pour s'engager sur le long terme. Ils ont besoin d'être accompagnés et de disposer de plus de temps pour progresser, acquérir les savoir-être, comprendre les exigences des entreprises et connaître les métiers. Notre rôle est de les accompagner pour qu'ils soient en mesure de postuler à un emploi".

Quelles sont les pistes d'action et les solutions pour les jeunes mineurs en échec scolaire ?

"Un dispositif a été mis en place par le Ministère du Travail, du Plein Emploi et de l'Insertion. Il s'agit de l'obligation de formation des 16/17 ans sortis du système scolaire et qui sont "sans solutions". La plupart ne sont pas prêts à travailler immédiatement dans une entreprise. Il y a aussi le frein de l'âge avec beaucoup de contraintes liées au droit du travail puisqu'il s'agit de mineurs. Il est ainsi plus difficile de les placer en entreprise. Le contrat en alternance constitue alors le seul outil adapté à ces jeunes mineurs. C'est pourquoi nous mobilisons les entreprises avec nos partenaires du territoire pour les accueillir".

Le Contrat d'Engagement Jeune est entré en vigueur en mars 2022, est-ce un dispositif qui fonctionne bien ?

"264 contrats ont été signés en ce qui concerne la Mission locale. Sa mise en œuvre a été confiée d'une part à Pôle emploi qui accompagne les jeunes plutôt proches de l'emploi, et d'autre part à la Mission locale pour celles et ceux qui en sont plus éloignés. Ces jeunes suivent des actions au minimum 15 heures par semaine dont le but est de les aider à accéder à un emploi durable. Il s'agit de visites d'entreprises, de découverte des métiers. Ils participent à divers ateliers comme et entre autres l'estime de soi, la simulation d'entretiens professionnels et perçoivent une indemnité mensuelle soumise aux conditions de ressources de la famille. L'objectif de cette allocation est de les aider afin qu'ils ne rencontrent pas de frein financier dans leur recherche d'emploi : pour acheter des vêtements professionnels, payer les transports, etc. Certains ont un emploi ou suivent une formation. Le but est de les accompagner jusqu'à ce que leur situation soit stabilisée, qu'ils se plaisent dans un métier et dans une entreprise. Ils peuvent ensuite sortir du dispositif CEJ".

Témoignage

Caroline, 21 ans titulaire d'un Bac ES, n'a pas souhaité continuer dans la même filière. Pendant un an, elle fait des études dans une école de commerce. Puis, elle a signé en début d'année, un Contrat d'engagement jeune (CEJ) par le biais de la Mission locale. Ce qui lui a permis de découvrir d'autres métiers. Elle a suivi des ateliers (confiance en soi, technique de recherche d'emploi, etc.) et a participé à plusieurs visites d'entreprise, notamment "Les Céramiques du Beaujolais. "Cela m'a plu et j'ai pu faire un stage". Stage qui a débouché sur un CDD. La Mission locale m'a bien accompagnée dans mon projet professionnel et je fais un travail qui me plaît".

En chiffres : année 2021

2021 : 273 contrats en alternance placés par la Mission locale (+ 20 % par rapport à 2020)

4115 jeunes accueillis à la Mission locale

2693 ont trouvé un emploi après avoir été accueillis à la ML.

220 sont entrés en formation qualifiante.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?