AccueilACTUALITESMétaleurop : nouvelle campagne de dépistage du saturnisme dès la semaine prochaine

Métaleurop : nouvelle campagne de dépistage du saturnisme dès la semaine prochaine

24 ans après la première affaire Métaleurop, le plomb est à nouveau au centre de l'attention des pouvoirs publics. De nouveaux dépistages de saturnisme vont être proposés à la population potentiellement exposée au plomb.
Le sous-préfet Jean-Jacques Boyer entouré d'élus locaux.
©Fabrice Petit - Le sous-préfet Jean-Jacques Boyer entouré d'élus locaux.

ACTUALITES Publié le ,

Cela fait plusieurs années que l'on n'en avait plus entendu parler. "En 2022, le sujet Métaleurop a été remis sur la place publique par les médias, précise le sous-préfet Jean-Jacques Boyer, pour répondre aux inquiétudes de la population, l'État et les collectivités ont donc décidé de lancer une campagne de dépistage du saturnisme".

Les différents services comme la Dreal et l'ARS ont alors enclenché un plan d'action pour connaître au mieux les aspects environnementaux et sanitaires, afin de dresser un état des lieux actualisés de la situation. Une situation tout de même surveillée régulièrement avec des mesures du taux de plomb dans les sols, des informations délivrées ces dernières années aux professionnels de santé… Ce sont ces deux volets qui vont être activés, avec de nouveaux prélèvements réalisés en décembre et qui seront examinés en commission de suivi de site le 20 janvier.

"Ratisser large pour mieux rassurer"

Parallèlement, l'ARS, en collaboration avec la Caisse primaire d'assurance maladie et son homologue agricole, la MSA, va lancer la semaine prochaine une campagne de dépistage du saturnisme auprès des enfants de 0 à 18 ans et des femmes enceinte ; tous seront avertis par courrier.

Selon la sous-préfecture, ce sont environ 2 000 enfants de moins de 18 ans et femmes enceintes, résidant dans la zone concernée, à qui il est aujourd’hui proposé de faire réaliser une plombémie.

La zone visée autour du site de Métaleurop, aujourd'hui exploitée par la société Campine, a été élargie par rapport aux précédentes campagnes, en collaboration avec les collectivités locales, en première ligne desquelles la communauté d'agglomération et la ville de Villefranche, les communes d'Arnas et Gleizé.

Zone géographique retenue pour le dépistage du saturnisme pris en charge par l’assurance maladie.

Seront concernées les personnes résidant sur la zone, mais aussi les enfants qui y sont gardés ou scolarisés. "Ratisser large pour mieux rassurer", a lancé Jean-Jacques Boyer. Un plan qui permettra de dégager un diagnostic clair. À noter qu'en dix ans, aucun cas de saturnisme n'a été rapporté, la maladie faisant partie des 36 à signalement obligatoire.

Le saturnisme infantile

Les signes de l’intoxication sont peu spécifiques et souvent non détectables à l’examen clinique. C’est la raison pour laquelle seul le dosage du plomb dans le sang (réalisation d’une plombémie) permet de détecter des cas de saturnisme infantile, définis par une plombémie supérieure ou égale à 50 microgrammes de plomb par litre de sang (> 50 μg/L). Les enfants en bas âge présentent un risque plus élevé d’intoxication au plomb du fait de leur comportement (ils portent fréquemment leurs mains ou des objets à la bouche), d’un coefficient d’absorption digestive élevé et de leur système nerveux en développement. Les femmes enceintes sont également une population sensible du fait des risques pour l’enfant à naître. C’est la raison pour laquelle le dépistage du saturnisme est proposé aux enfants et aux femmes enceintes.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 février 2023

Journal du02 février 2023

Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?