AccueilSPORTSFootballMDA Foot (CFA) - Monaco (L1) : le rendez-vous d'une vie

MDA Foot (CFA) - Monaco (L1) : le rendez-vous d'une vie

C'est donc ainsi que se préparent les instants rares.

SPORTSFootball Publié le ,

Ceux qui resteront, quand tout sera fini. Car il y aura bientôt une fin. Le plus tard possible. Mont-d'Or-Azergues est entré dans un autre monde depuis sa qualification pour les 32es de finale de la Coupe de France aux dépens d'une équipe de Ligue 2, Istres (1-1, 3-2 tab). Bien sûr l'exploit a déjà été accompli par d'autres, se souvenir de Calais. Bien sûr, Chasselay a joué, ce jour-là, avec ce mélange de cœur et d'opiniâtreté qui servent à nourrir la magie éternelle de la Coupe de France. Bien sûr qu'avant d'en arriver là, il aura fallu tout de même beaucoup de chance au tirage face à des clubs de niveau inférieur et très souvent après prolongations. Mais la chance, ça tombe rarement du ciel. Ça se provoque. Tout cela pour lire ceci : recevoir Monaco et sa belle galette de stars de Ligue 1, c'est une manière de marcher sur la lune pour des footballeurs amateurs. Le rendez-vous d'une vie. Et tous ceux qui ont traversé un jour cet instant rare ont souvent rappelé l'importance de l'avant-match, des jours précédents où se joue une partie de ce qu'il faudra accomplir pour entrer dans l'histoire ou simplement sortir la tête haute, sans le ridicule d'une déroute toujours possible. Dire que Monaco et Chasselay ne vivent pas dans le même monde est une litote. Mais à Louis II, Giuly a parfois joué devant près de trois mille spectateurs, presque autant que le nombre d'habitants à Chasselay. A Louis II encore, en 2004, ce même Giuly terrassa (pas tout seul, Morientes ça aide un peu…) Zidane et ses copains galactiques. Le vestiaire chasselois sait où puiser pour ébaucher sa propre légende. Et le club du président Jocelyn Fontanel, dont il faut souligner ici l'humilité constante et le sens de certains principes qui ailleurs sont des chimères, a le droit de croire en ses chances.

Astérix et la galette des stars…

Depuis quelques semaines, les médias du pays, et c'est la coutume, se sont penchés sur ce petit village d'irréductibles footeux qui, grâce à leur Astérix local, Ludovic Giuly, ont attiré la lumière dans un stade aux contours champêtres qui, pour le néophyte étonne toujours. Ils en renvoient, à juste titre, l'image d'un club ouvert et ambitieux. La France du foot, via France Télévision et Eurosport, va donc découvrir les Jaccard, Ertek, Soudain, Bah, Simsek, Mauvernay, Alioui, pour ne citer qu'eux, avec la candeur qui accompagne ce type d'aventure. Gerland ne sera évidemment pas rempli, les rêves ont des limites et les téléspectateurs des télécommandes, à défaut de demander à leur patron le droit de quitter le boulot un peu plus tôt pour aller à Gerland. Toutefois, atteindre les 10 000?spectateurs serait déjà un bel exploit. Pour eux aussi, habitants du Beaujolais, des Monts d'Or, du Val de Saône, de l'Azergues, ce sera le rendez-vous d'une vie. Après tout ça, quand l'ordinaire, en CFA, sera de retour, il restera des beaux souvenirs. Mais avant de les savourer, Santini et son groupe, doivent les écrire, les vivre. Les remplir de quoi ? Jouer comment face à l'armada monégasque ? Défendre bas?? Récupérer haut ? Comment gérer la non possession du ballon?? Jouer tous les coups à fond?? Il y aura matière à réflexion. Le staff chasselois aura eu du temps pour plancher sur ces questions. Face à l'expérimenté Claudio Ranieri, Stéphane Santini, jeune tacticien féru de ce genre de challenge, a potassé sa future partie d'échecs méticuleusement. Comme d'habitude. Tout le reste appartient à ses joueurs. Et ça commencera à 17?h, mercredi 22 janvier 2014. Une date pour marquer un peu plus l'histoire du club. Etre fier d'avoir été là.

Ralph Neplaz
Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?