AccueilACTUALITESEconomieMaxence Bolvy, le métal dans les veines

Maxence Bolvy, le métal dans les veines

Installé à Pommiers depuis le mois de septembre, le métallier réalise toutes sortes d'ouvrages, tout en transmettant sa passion sur les réseaux sociaux.
Maxence Bolvy.
© Zoé BESLE - Maxence Bolvy.

ACTUALITESEconomie Publié le ,

Black Metal : ce n'est pas le nom d'un nouveau groupe de rock mais bien de la métallerie fraichement créée à Pommiers par Maxence Bolvy. Le nom rassemble sa couleur préférée, le noir, ses initiales et une certaine réalité de sa profession. "J'ai souvent les mains noires lorsque je travaille : je voulais un nom impactant, que les gens retiennent", explique le jeune homme dans les locaux de son atelier, lui aussi à son image.

Situé à la limite de Limas et Pommiers, à proximité d'Hydrofluids composants, il l'a intégralement aménagé, réalisant notamment une verrière pour le petit bureau de l'étage.

Y sont entreposés tous les outils et les machines nécessaires à son activité et plusieurs projets en cours ou achevés, comme une reproduction miniature du pont de Londres, réalisé il y a déjà plusieurs années lors des Olympiades des métiers, auquel il a participé deux fois au cours de ces études.

Car le métal, Maxence Bolvy en est mordu depuis de nombreuses années ; c'est lors d'un stage de 3e chez un serrurier métallier qu'il découvre et se passionne pour ce métier. Le brevet en poche, il se lance dans un CAP en serrurerie métallerie, suivi de deux ans de bac pro ouvrages du bâtiment.

C'est durant ses études qu'il participe pour la première fois aux Olympiades des métiers terminant premier au niveau régional et quatrième au niveau national. Il repassera le concours quelques années plus tard, lorsqu'il entame un second bac pro en chaudronnerie pour compléter ses compétences.

À nouveau premier en Aura, il termine cette fois-ci septième au niveau national. "Ma pièce était meilleure, mais le niveau de la concurrence avait lui aussi augmenté", se rappelle le métallier.

"Les métiers du bâtiment valent de l'or"

À la suite de ses études, Maxence Boulvy est embauché par l'entreprise ansoise Satim à la suite de son alternance. Il y travaille jusqu'à se lancer à son compte "pour pouvoir toucher à tous les aspects du métier". Lorsqu'il ouvre Black Metal en septembre 2022, il commence par sous-traiter ses services dans une entreprise.

Depuis, les commandes commencent à s'enchainer : actuellement, le métallier travaille à la réalisation d'un portail et d'une porte, d'un meuble de bureau, de gardes corps pour une terrasse et d'un mange-debout en forme de tonneau. Sur Instagram et Tik-Tok, il dévoile les coulisses de son métier en vidéo et en photo.

"Pour moi, c'est important de partager mon activité montrer aux jeunes ce que je fais, de les inspirer, explique Maxence Boulvy. Cela permet de faire découvrir les métiers du bâtiment, qui ne sont pas assez mis en avant de mon point de vue, alors qu'ils valent de l'or".

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?