AccueilACTUALITESPolitiqueMarine Le Pen joue les trouble-fête en Beaujolais

Marine Le Pen joue les trouble-fête en Beaujolais

Les visites de terrain de Marine Le Pen passent rarement inaperçues.

ACTUALITESPolitique Publié le ,

Mais en se déplaçant en Beaujolais mercredi, le jour du lancement des festivités du beaujolais nouveau, la présidente du Front national a clairement joué la carte du coup médiatique. Au moment où la région se penche sur le berceau du millésime nouveau-né, où la viticulture tente d'oublier un instant ses problèmes, Mme Le Pen est venue discuter droits de plantation et difficultés économiques. Décalage ou provocation ?
Elle a débuté sa visite en début d'après-midi au domaine des Arbins, à Vaux-en-Beaujolais, chez Annie et Franck Lathuilière. Ce dernier est l'un des vingt-neuf membres élus au conseil d'administration de l'ODG beaujolais beaujolais-villages.
Mme Le Pen, qui est aussi députée européenne, a déclaré : "Je suis venu sonner le clairon, si vous ne vous réveillez pas face à cette énorme machine qu'est l'Union européenne, si on autorise des plantations partout, la viticulture française disparaîtra en cinq ans".

Un "coup" bien préparé

La chef de file du FN a ensuite effectué une étape au domaine des Maisons neuves à Blacé, chez Jean-Pierre Merle. Elle a enfin rallié Beaujeu en fin d'après-midi pour déambuler au cœur des Sarmentelles. Contacté par le FN vendredi dernier, le maire Sylvain Sotton a pris son téléphone dès lundi pour indiquer au Patriote qu'il recevrait Marine Le Pen "en tant qu'élue de la République, dans un esprit républicain, sans aucune dimension politique", tout en concédant que "la symbolique de la fête est complètement à l'opposé des idées du Front national". M. Sotton disait également avoir "peur des réactions que cela pouvait susciter", qualifiant l'exercice de "piégeux". Et ce d'autant plus que le président des Sarmentelles était au contraire vent debout contre cette visite : "Marine Le Pen, je n'en veux pas et surtout pas sur la moindre image liée à la fête", indiquait Daniel Bulliat en début de semaine. "Je regrette qu'elle s'accapare un événement médiatique. Les Sarmentelles, c'est la fête du beaujolais nouveau un point c'est tout. Sa venue est complètement déplacée", achevait M. Bulliat.
L'ensemble de cette opération a en tout cas été soigneusement préparé par les militants locaux du Front national, en lien avec l'état major parisien. Julien Rochedy, candidat aux dernières législatives dans la 9e circonscription du Rhône et désormais directeur du Front national de la jeunesse, a joué les courroies de transmission. Au-delà de l'objet de la visite, cette opération a démontré que le FN était désireux de s'enraciner un peu plus en Beaujolais. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le point clé de la visite se trouvait à Vaux-en-Beaujolais, commune où Marine Le Pen a totalisé plus de 28 % des voix au premier tour des dernières présidentielles, deuxième à seulement sept voix de Nicolas Sarkozy. Un vrai bastion.
Seul bémol, Marine Le Pen n'est pas parvenue à être officiellement intronisée au sein d'une confrérie beaujolaise, comme le mentionnait pourtant le communiqué de presse envoyé aux médias et le site internet du Front national. La confrérie en question, il s'agissait du "Gosier sec basé à Vaux-en-Beaujolais. Après avoir initialement accepté, la confrérie a fait machine arrière le week-end dernier, après mûre réflexion et sans doute quelques pressions. Marine Le Pen n'est définitivement pas une élue comme les autres.

Julien Verchère

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?