AccueilSPORTSMarathon : pour Cédric Fleureton, "ça ne sert à rien de trop en faire"

Marathon : pour Cédric Fleureton, "ça ne sert à rien de trop en faire"

Le double vainqueur du MIB, qui ne devrait pas prendre le départ cette année, répond aux questions que peuvent se poser les coureurs à un peu plus de trois semaines du grand départ.
Marathon : pour Cédric Fleureton,

SPORTS Publié le ,

Comment gérer les dernières semaines de préparation ?

"A ce stade-là, le gros de l'entraînement doit être fait. On ne se réveille pas deux semaines avant en se disant "tiens j'ai un marathon". Dans cette dernière ligne droite, il faut être plus dans la séance spécifique, avec du fractionné et des sorties plus longues pour s'habituer à des efforts de deux ou trois heures. Mais ça ne sert à rien de trop en faire. Il vaut mieux alléger les séances pour ne pas arriver fatigué."

Côté alimentation, régime strict obligatoire ?

"Je suis un peu contre toutes ses restrictions qui demandent beaucoup d'efforts et qui font qu'au final on n'aborde pas les choses avec plaisir et de manière décontractée. Personnellement, je mange normalement. C'est le meilleur comportement alimentaire à avoir. Bien sûr on ne va pas se faire une côte de bœuf à chaque repas. Mais il ne faut pas se priver. Même chose pour la boisson. Si on a envie de boire un p'tit canon avec les potes, autant se faire plaisir. Sans abuser."

Question matériel, c'est important de bien savoir de quoi on a besoin?

"Là dessus je ne suis pas forcément un bon exemple puisqu'en 2015 et 2016 je suis arrivé avec des chaussures neuves que je n'avais pas essayées avant. Mais c'est mieux de toujours tester. Autre piège à éviter, faire attention à la météo. Vu la période, il peut faire doux comme froid alors mieux vaut se couvrir un peu trop, quitte à enlever une couche en cours de route. C'est ce que j'avais fait l'année dernière. En partant en tee-shirt, on peut perdre de l'énergie à lutter contre le froid."

Un petit mot pour les néophytes qui vont prendre le départ de leur premier marathon.

"Sur ce marathon, il y a un vrai côté festif. Il faut profiter de l'ambiance. Ça ne sert à rien d'arriver avec la peur au ventre. On risque juste de perdre de l'énergie. Il faut se dire que c'est déjà une chance d'être au départ alors mieux vaut en profiter et participer à la fête sans se prendre la tête."

Propos recueillis par Tony Fonteneau

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?