AccueilACTUALITESMalgré le titre de champion du monde, les petits clubs du Beaujolais sont toujours à la peine

Malgré le titre de champion du monde, les petits clubs du Beaujolais sont toujours à la peine

La Fédération française de football a promis de débloquer 10 millions d'euros supplémentaires à destination des clubs amateurs. Qui, eux, attendent de voir.
Malgré le titre de champion du monde, les petits clubs du Beaujolais sont toujours à la peine
Adobe stock/cristina_conti

ACTUALITES Publié le ,

Une douce parenthèse estivale. Voilà à quoi se résume la victoire des bleus à la Coupe du monde pour beaucoup d'amateurs de football. Car si la deuxième étoile est désormais bien accrochée sur le maillot de l'équipe de France, partout dans le pays, les difficultés perdurent pour les petits clubs qui survivent loin des projecteurs. De quoi pousser Eric Thomas, président de l'association française de football amateur, à tirer la sonnette d'alarme. "Depuis quatre saisons, on estime à plus de 4 000 le nombre de clubs qui ont mis la clé sous la porte. Et tout ça dans l'indifférence générale."

Pourtant, Noël Le Graet, président de la 3 F, a bien annoncé une hausse de dix millions d'euros de l'enveloppe consacrée au football amateur. "Elle sera destinée directement aux petits clubs et aux clubs formateurs. On fera la liste précise sans oublier personne. Elle sera ouverte sur deux saisons, entre janvier 2019 et juin 2020, et permettra d'acheter du matériel, des équipements…"

Une façon de tendre la main aux amateurs ? "Je n'y crois pas du tout, explique Mounir Guebli, président du Racing club de Béligny, à Villefranche. On n'a jamais rien reçu de la part de la Fédération et je ne pense pas que la victoire en Coupe du monde va changer quelque chose."

Pour le dirigeant caladois, c'est le foot amateur qui fait vivre la FFF, pas l'inverse. "Les instances n'hésitent pas à nous prendre une part sur toutes les licences signées. C'est aussi pour ça qu'on a l'impression d'être des vaches à lait. On nous prend sans jamais nous donner."

"De la fumisterie"

Comme Mounir Guebli, ils sont des dizaines à faire cet amer constat chaque week-end dans le Beaujolais. Notamment au sein de l'Entente Odenas Charentay Saint-Lager. "On ne voit jamais rien venir de la part de la Fédération. Alors je ne pense pas que ça change après la victoire en Coupe du monde, explique Mathieu Grosbost, président d'une association sportive qui réunit plus de 250 licenciés. De toute façon, dès qu'un club veut faire une demande de subvention, les dossiers sont tellement compliqués que ça n'abouti presque jamais."

Pour lui, les dix millions supplémentaires annoncés par Noël Le Graet, "c'est de la fumisterie. Aujourd'hui, les seules aides extérieures que l'on a, elles viennent des municipalités". Alors pour faire face au petit afflux post-Coupe du monde, les dirigeants de l'Entente devront à nouveau se débrouiller pour boucler le budget. "On fait appel à quelques sponsors. Et on compte aussi sur la part du prix des licences que la Fédération et la Ligue veulent bien nous laisser. Mais à chaque fin de saison, il ne nous reste rien. On ne peut pas investir dans du matériel ou faire des travaux."

Au Racing club de Béligny, on n'hésite pas à se montrer imaginatif pour garnir un peu les caisses. "Chaque année on organise une brocante, une fête du foot, des stages pour les jeunes… Mais sans l'aide des bénévoles on ne pourrait rien faire."

Tony Fonteneau

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?