AccueilBEAUJOLAISPierres doréesLucenay : le monument aux morts a 100 ans

Lucenay : le monument aux morts a 100 ans

Nombreux étaient ceux qui étaient là, samedi 2 juillet, pour commémorer cet anniversaire, des officiels aux citoyens, en passant l'association des anciens combattants.
Lucenay : le monument aux morts a 100 ans
© Martine BLANCHON

BEAUJOLAISPierres dorées Publié le ,

Un anniversaire dont la signification résonne tout particulièrement de nos jours. Parmi les autorités présentes, le sous-préfet Jean-Jacques Boyer et le général Lafond avaient fait le déplacement. C’est en citant le maréchal Foch que Valérie Dugelay, maire, a ouvert la cérémonie : "Un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir". Une cérémonie où huit portes drapeaux étaient présents, ainsi que la gendarmerie, les pompiers représentés par le commandant Rémi Pomeret, des anciens combattants et les enfants du conseil municipal des jeunes.

Si tous se sentaient concernés par un tel évènement il est à noter que les pensées se tournaient très fortement vers les jeunes. La maire leur a d'ailleurs adressé ce message : "Ces moments solennels de commémoration sont des instants importants de partage et de communion entre générations, pour rendre hommage à tous ceux qui ont perdu la vie sur les champs de bataille, sur le territoire français ou en opérations extérieures, en défendant notre pays, en défendant notre liberté afin d'espérer un avenir rempli d'espoir et de paix. Nous honorons leur courage, et leur sacrifice. Rappelons aux jeunes générations que la paix est fragile, nous en sommes tous témoins, car la guerre sévit sur notre continent actuellement, mais c’est la seule voie possible pour préserver et faire vivre les valeurs républicaines".

Lancer le diaporama12 photos

Avant elle, le président de l’association des anciens combattants, Jacques Torret, a retracé l’histoire de l’association, qui fête également ses 100 ans d’existence, elle qui a été créée le 5 février 1922, et qui s’appelait initialement "Les mobilisés de Lucenay" avant d'intégrer les combattants d'Algérie, de Tunisie et du Maroc. En marge de la cérémonie, l’association a remis des bouquets aux descendants des présidents de l’association. Valérie Dugelay, quant à elle, a eu l’honneur de remettre la médaille de 20 ans de porte-drapeaux à Raymond Barraud. Le sous-préfet Boyer a souligné "la belle initiative prise par la commune de Lucenay et de Patrimonia". Il a rappelé aussi les morts de 1870 inscrits sur les monuments aux morts de certaines communes, tout en ayant une pensée pour tous les militaires qui représentent et défendent le pays en combattant au Niger, au Mali et dans d'autres lieux.

Une réfection réfléchie depuis 2018

C’est parce que le monument, exposé à la poussière et aux aléas climatiques, était devenu terne et sale que le 9 juin 2018, l’association Patrimonia, sous l’impulsion de son président Paul Fourrichon et de Maurice Fornas, décide alors de le nettoyer. Les anciens artisans de Lucenay et les bénévoles sont à l’ouvrage. Patrimonia ayant noté que le centenaire approchait, en collaboration avec la mairie, monsieur le sous-préfet, le Souvenir français et les anciens combattants la date de commémoration a été arrêtée : ce serait le 3 juillet 2022. Le monument a été réalisé par Georges Salendre, lui-même mobilisé en aout 1914. Gravement blessé en mai 1918, il a été sauvé et est cité pour son courage à l'ordre de l'armée, recevant ainsi la médaille militaire et la croix de guerre.

Constitué d’un obélisque sur socle devant lequel se tient un poilu au garde-à-vous, le monument porte sur les faces latérales les noms gravés des Lucenois morts pour la France : 33 en 1914-1918 et 3 pour la guerre de 1939-1945. Des palmes (olivier et chêne entrecroisés) en applique de bronze sont posées sur le socle, sur les faces latérales. Une a été offerte par l’Union amicale pour la mémoire, l'autre par la fanfare et la 3e par les familles.

C’est en séance extraordinaire du 31 juillet 1921, sous la présidence du maire Valfort, que le conseil a voté la construction d’un monument aux morts. Ce dernier a été inauguré le 23 avril 1922, à son emplacement, à l’angle de la RD30 et la rue du centre. C’est en 2002 qu’il est déplacé à son emplacement actuel pour plus de sécurité lors des manifestations. Lors des opérations, un parchemin est découvert. Illisible, il est alors sous le socle actuel.

Un monument à 6200 francs

La perte de 1,4 millions de vies incite le gouvernement, après avoir voté la loi du 25octobre1919, relative à la commémoration et à la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre, à aider les communes à ériger des monuments aux morts. Les élus de l’époque, MM. Riche, Chamarande et Duchamps, valident le financement. Prix total : 6 200 francs. Une subvention avait été demandée au préfet. L’État a accordé une aide de 5 000 francs à Lucenay auxquels se sont ajoutés 600 francs de souscription des membres du conseil municipal, 100 francs de subvention du syndicat agricole de Villefranche-sur-Saône, 200 francs de l’entreprise Fontaines, puits et mares et 300 francs pris sur le budget communal.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?